ORTHODOXIE LIBRE

Ce forum se veut un lieu de discussion sur l'orthodoxie spirituellement libre, à savoir celle qui demeure fidèle à la Tradition et aux dogmes.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Saint Nil de la Sora, 7-20 mai; 1ère partie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe Crévieaux



Nombre de messages : 404
Age : 52
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 08/06/2006

MessageSujet: Saint Nil de la Sora, 7-20 mai; 1ère partie   Mer 20 Mai - 10:09

MEMOIRE DE NOTRE VENERABLE PERE NIL DE LA SORA 7avril chez les Serbes – 7 mai chez les Russes (repos)
Le Moine Nil de la Sora, un grand Ascète de l'Eglise en Russie, descendait de la noblesse des Maikov. Il accepta le monachisme dans le Monastère de Saint Cyril de Belozersk (9 juin). Il suivit avec fruit les conseils du pieux Staretz [=Ancien, Pneuvmatikon] Paisius Yaroslavov, qui devait devenir par la suite Higoumène de la Laure de la Trinité-Saint-Serge. Le Moine Nil voyagea beaucoup vers l'orient, étudiant la vie monastique en Palestine et sur l'Athos. Retournant vers la Rus', il se retira sur la Sora dans les terres de Vologda et construisit une cellule et une chapelle, qui grandira vite en monastère selon une forme neuve, pour cette époque en Rus', Saint Nil adoptant la règle du skite de l'Athos. Suivant les directives de Saint Nil, les Moines devaient subvenir à leurs propres besoins par le travail de leurs mains, n'acceptant la charité qu'en dernière limite, et briller de l'amour pour tout et d'être resplendissants même à l'église. Les femmes n'étaient pas admises dans le skite monastique, les Moines n'avaient pas le droit de le quitter sous n'importe quel prétexte, et la possession de terres ou domaines interdite.

Dispersés dans la forêt autour de la petite église en l'honneur de la Rencontre du Seigneur, en cellules séparées d'un ou deux mais jamais plus de trois personnes, les Moines des skites [=ermitages] se rejoignaient pour une journée entière de services liturgiques. De plus, à la Vigile de Toute-la-nuit, des lectures des Saints Pères étaient prescrites, et cela durait en effet toute la nuit. Les autres jours, chacun priait et travaillait dans sa propre cellule. Le point-clé de l'effort du Moine était la lutte contre ses pensées et ses passions. Cela afin de faire naître la paix dans son âme, la clarté dans son esprit, la contrition et l'amour dans son coeur. Dans son oeuvre écrite, "Une Tradition pour mes Disciples, qui souhaitent vivre dans la nature sauvage", et la "Règle", Saint Nil décrit les étapes de cette activité mentale salvatrice. La première, c'est la renonciation au monde, en particulier aux distractions de ce monde. La seconde, c'est l'incessante prière, accompagnée de la mémoire permanente de la mort à venir.

Dans sa vie, le Saint se distingua par son extrême non-possessivité et son amour du travail. Il creusa un bassin et un puis, dont l'eau se révéla par la suite source de guérisons. Pour sa sainteté, le Staretz Nil fut profondément vénéré par les Hiérarques russes de son temps. Il participa aux Conciles de 1490 et 1503. Fuyant les honneurs et gloires de ce monde, juste avant sa naissance, il supplia ses disciples de se débarrasser de son cadavre une fois mort, soit en le jetant à dévorer aux bêtes et aux oiseaux, ou de l'ensevelir sans honneurs sur le lieu de ses combats.

Le Saint s'endormit en la soixante-seizième année de sa vie, le 7 mai 1508. Ses Saints Reliques, enterrées dans le monastère qu'il avait fondé, furent glorifiées par d'innombrables miracles.

En anglais, on trouve des fragments de sa "Tradition" et de sa "Règle" dans le livre de G. Fedotov, "Trésor de la Spiritualité Russe."

ou

Notre Saint Père Nil naquit en 1433 au sein d'une famille noble de Moscou. D'abord employé comme secrétaire dans l'administration du grand-prince, il abandonna, encore jeune, la perspective d'une brillante carrière mondaine pour se retirer au Monastère de Saint-Cyrille du Lac-Blanc (cf. 9 juin). Mais la rigueur du Monastère avait faibli depuis la naissance au Ciel de son fondateur, et Nil constata avec dépit que les Moines suivaient leurs volontés propres plutôt que les traditions des Saints Pères. Pour son profit spirituel, il quitta donc l'endroit et partit à la recherche des sources authentiques de la vie monastique, en compagnie de son ami spirituel et disciple Saint Innocent, futur fondateur du Monastère de Komel. Ils visitèrent les Monastères de Constantinople et restèrent plusieurs années sur la Sainte Montagne de l'Athos pour y étudier, par l'expérience, les traditions des anciens Pères et le mode de vie hésychaste qui y florissait alors. Saint Nil y apprit le grec et put ainsi méditer en profondeur les écrits des Pères sur la garde de l'intellect et la prière du coeur.

Vers 1480, les deux Ascètes retournèrent au Monastère du Lac Blanc, avec le projet d'y introduire le mode de vie des skites [ermitages], alors inconnu en Russie où l'on ne trouvait que des grands et riches monastères cénobitiques ou des ermites. Cette voie médiane, où les Moines vivent seuls, dans des cellules séparées les unes des autres et se réunissent de temps à autre pour la célébration liturgique, fut à l'origine des glorieux centres monastiques d'Egypte et elle est louée par les Pères comme la meilleure.*
* Cf. S. Jean Climaque, Echelle 1, 45.

Nil se construisit d'abord une cellule à proximité du Monastère, puis il s'éloigna à une quinzaine de kilomètres de là, dans un endroit sauvage, désert et lugubre, où la rivière Sora coule paresseusement et transforme le terrain en un marécage, qui n'offre aucun attrait pour les éventuels visiteurs. Il pouvait s'y adonner, dans l'hésychia, à la prière sans distraction et à l'étude des Saintes Ecritures, c'est-à-dire non seulement la Bible, mais aussi les écrits des Saints Pères et les vies des Saints. Ayant abandonné à Dieu, disait-il, toute son incapacité et son ignorance, il ne faisait rien sans en avoir trouvé un témoignage dans ces écrits inspirés dont il avait fait sa vie et sa respiration. A ce sujet, il écrivait à un moine : "Que vous soyez seul dans votre cellule d'Ermite ou au Monastère parmi vos frères Moines, fixez votre attention sur les Saintes Ecritures et marchez sur les pas des Saints Pères, car les Saintes Ecritures nous l'ordonnent. Ou bien, donnez-vous dans l'obéissance à quelqu'un qui se sera montré réellement spirituel en pensées, paroles et actions …/… Si vous ne pouvez trouver ce guide, alors donnez-vous dans l'obéissance directement à Dieu à travers les divines Ecritures."*
* Lettre 1III. Traduction des écrits de S. Nil dans la collection "Spiritualité Orientale n° 32", Abbaye de Bellefontaine.

Il construisit d'abord une cellule de bois et une chapelle dédiée à la Sainte-Rencontre (Hypapante), mais refusait de recevoir les frères qui désiraient partager son mode de vie, prétextant qu'il était un homme pécheur et sans intelligence, malade de corps et d'esprit. Quelque-uns insistèrent pourtant et frappèrent continuellement à sa porte, sans lui laisser le moindre repos. Se soumettant alors à la volonté de Dieu, Nil les accepta, non comme disciples, mais comme compagnons d'ascèse et collaborateurs dans l'oeuvre de Dieu. Il avait l'habitude de les nommer : "mes seigneurs et mes frères." Il leur permit de construire leurs propres cellules, à portée de voix, autour de l'église, et les laissa y mener leur combat spirituel, selon le témoignage de leur conscience. Les frères se réunissaient tous ensemble, deux fois par semaine, le samedi et le mercredi soir* pour célébrer dans l'église une Vigile de toute la nuit, conclue au matin par la célébration de la Liturgie et un repas commun. Cette Vigile était composée surtout de la récitation du Psautier, interrompue par des lectures des écrits ascétiques ou par de brèves conversations spirituelles entre les moines. On ne donnait qu'une très faible place au chant, considéré par les anciens Pères du désert comme hostile à la componction et réservé aux églises du monde. Les autres jours, chacun vivait à part, passant la plus grande partie de son temps en prière ou à méditer les Ecritures.
* Les jours de grandes fêtes, ils remplaçaient la Vigile du mercredi par celle de la fête, de sorte qu'il y ait toujours deux Vigiles par semaine.

Dans le Typikon qu'il rédigea pour la skite, Saint Nil prescrit aux Moines de vivre du travail de leurs mains, en évitant les lourds travaux agricoles, et de n'accepter les aumônes qu'en cas de maladie ou d'extrême nécessité, afin de pouvoir préserver leur liberté et leur hésychia. Il leur était interdit de quitter la skite, dont l'accès était prohibé aux femmes et aux enfants. Les Moines devaient vivre dans la plus grande simplicité, en se contentant du strict nécessaire, conformément aux prescriptions de Saint Basile. La chapelle elle-même devait être pauvre, dépourvue de riches ornements et d'objets en métal précieux. Chaque Moine n'avait d'autre préoccupation que de lutter jour et nuit contre les pensées passionnées, par le jeûne et la veille, en mettant surtout l'accent sur la prière ininterrompue de l'intellect dans le coeur.

Malgré cette retraite rigoureuse, la réputation de Nil parvint jusqu'aux grands centres de la Russie : Moscou et Novgorod. En 1490, il fut convoqué au Concile réuni à Moscou pour statuer sur les hérétiques judaïsants. Grâce à l'influence de cet homme de Dieu, le Concile anathématisa les hérétiques et les condamna à l'exil, mais il refusa d'employer contre eux la peine de mort, déclarant que leur châtiment devait être laissé à Dieu qui est assez puissant pour les corriger.

En 1503, Nil est présent à un nouveau Concile, au cours duquel il proposa de retirer aux grands Monastères cénobitiques la possession de villages et d'immenses propriétés, qui les transformaient en puissances féodales et impliquaient les Moines dans de multiples soucis mondains sans rapport avec leur vocation. Ces excès dans les propriétés monastiques d'alors étaient la cause d'un déclin de la vie spirituelle et avait développé dans les Monastères russes la perverse idiorythmie.* De nombreux Moines du Monastère du Lac-Blanc et de la région de la Transvolga se rangèrent à l'opinion de Saint Nil, mais Saint Joseph de Volokolamsk, appuyé par la hiérarchie, s'y opposa violemment, arguant que, grâce à leurs propriétés, les monastères pouvaient faire l'aumône et contribuer à l'instauration d'une société fondée sur les principes évangéliques. Ce fut le début d'une longue querelle entre les "non-possesseurs" et les "Joséphites", qui divisa cruellement l'Eglise russe et fut la source de bien des maux dans les siècles suivants. Quant à lui, dès qu'il sentit une opposition, Saint Nil refusa de s'impliquer dans une controverse ecclésiastique. Il disait : "Il ne convient pas qu'un Moine s'empêtre dans la discussion avec qui le prend à partie, il doit plutôt se retirer." Il se retira donc dans l'hésychia de la skite de la Sora, et passa les dernières années de sa vie dans la prière, occupé à la copie des manuscrits des Saints Pères.
* régime de certains monastères permettant aux Moines de s’organiser à leur propre rythme ; sorte d'autonomie dans la communauté monastique permettant aux Moines de vivre à part à l'intérieur du monastère

Alors que son corps, chargé de jours, déclinait lentement, il rédigea son testament, dans lequel il recommande à ses compagnons d'ascèse de laisser son corps sans sépulture et de ne lui accorder aucun honneur. "Moi, indigne Nil, supplie mes supérieurs et les frères qui sont du même esprit que moi d'accomplir ma dernière volonté. Après ma mort, jetez mon corps dans le désert pour que les animaux et les oiseaux le dévorent, car il a si vilainement péché contre Dieu qu'il est indigne de sépulture. Et s'ils ne le font pas, alors creusez un trou à l'endroit où nous vivons et enterrez-moi sans aucun égard. J'ai toujours tâché, de toutes mes forces, de ne recevoir ni honneur ni louange dans ce Monastère durant ma vie; qu'il en soit ainsi après ma mort."

Il envoya son disciple Saint Innocent fonder un monastère cénobitique, et prescrivit que la Skite de la Sora devait rester pauvre et que les Moines continuent d'y vivre chacun séparément dans sa cellule. Puis il s'endormit en paix, le 7 mai 1508.

En 1569, le Tsar Ivan IV le Terrible visita la skite et décida d'y faire construire une église de pierre. Mais, peu après, Saint Nil lui apparut et lui interdit de faire aucune transformation dans l'église et dans les cellules des Moines.

La victoire des partisans des possessions monastiques prépara la sécularisation de l'Eglise russe au dix-septième et dix-huitième siècles* ; mais, malgré les persécutions, l'esprit ascétique de Saint Nil demeura, comme le feu qui couve sous la cendre, et ses écrits eurent une influence considérable pour préparer la renaissance spirituelle que connut l'Eglise russe au dix-neuvième siècle, à partir de Saint Païssy Velitchkovsky et des Startsis [Anciens, guides spiritueles ; pluriel de ‘Staretz’]d'Optino.
* En 1764, la plupart des Monastères de Russie furent fermés sur ordre de Catherine II.

ou

Nil est un des grands Pères de l'Eglise russe. Il fut le fondateur de la manière de vivre du monachisme russe appelée "Skete". C'est dans les sauvages et désertiques étendues du Nord de la Russie, au milieu des marais et des forêts qui s'étirent autour de la Volga, que Saint Nil Sorki appela le monachisme russe à revenir à la simplicité, à l'humilité, à la prière, et au coeur de l'enseignement des antiques Pères de l'Eglise.

On connaît peu de détails particuliers sur la vie de Saint Nil. Les traits principaux sont rapportés par le "Patericon" du Monastère de la Trinité-Saint-Serge, et il y a aussi quelques fragments de lettres, de commentaires et d'écrits qui survécurent soit à la destruction des Tatars soit à la négligence ecclésiale. Des années durant, l'Eglise en Russie vit en Nil plus une énigme qu'une bénédiction. Les autorités de l'Eglise russe de l'époque n'avaient pas été à même d'apprécier la valeur de son point de vue, ni de prêter attention à ses avertissements, et elles firent en sorte que tant lui que ceux qui l'ont suivit, et leurs idées, soient relégués aux dernières pages de l'histoire ecclésiastique. Il est bon pour l'Orthodoxie en général, et l'Eglise russe en particulier, que pour finir elle fut à même de le reconnaître comme Saint, autant que ceux qui avaient des idées plutôt différentes. Ce ne sera cependant pas avant de longues années après sa naissance au Ciel qu'il y aura reprise d'intérêt en faveur de ses écrits et idées, et de son merveilleux exemple personnel de dévotion et détermination chrétiennes. Bien qu'il ne sera jamais publiquement glorifié [canonisé] par l'Eglise en Russie, Saint Nil commença à apparaître dans les calendriers de paroisses au moins à partir de la fin du dix-huitième siècle (comme constaté en 1864), et on le retrouvera officiellement repris dans le calendrier ecclésiastique officiel à partir de 1903.

ou

Nil de la Sora (Nil Sorsky) naquit vers 1443 dans une famille appelée Maikov. Nil parle de lui-même en utilisant l'épithète poselyanin (habitant rural) et nombre d'auteurs acceptent son origine paysanne. Il entra jeune dans la vie monastique, et fut tonsuré "dans ma jeunesse" d'après ses propres paroles. On ne sait pas grand chose de ses premières années comme moine. Il entra au célèbre Monastère de Saint Cyril de Belozersk. On ne sait pas trop combien de temps il y demeura ni les raisons de son départ. Certains auteurs présentent l'idée que ses capacités d'érudit et ses diligents efforts le firent accepter dans le monastère russe sur la Sainte Montagne de l'Athos en Grèce. On possède cependant un fragment de lettre qui donne une autre raison, et un sens plus personnel de frustration et de mécontentement à l'intérieur de la communauté spirituelle du Lac Blanc :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Saint Nil de la Sora, 7-20 mai; 1ère partie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Nil de la Sora (+ 1508) Saint du jour
» Saint Gaétan de Thienne et commentaire du jour "Qui perdra sa vie à cause de moi la gardera"
» Sainte Jeanne Delanoue et Saint Roch
» Sainte Véronique, Saint André Corsini et commentaire du jour "Jésus appelle les Douze, et..."
» Saint Nazaire et Saint Celse Martyrs et commentaire du jour "La perle de grande valeur"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ORTHODOXIE LIBRE :: L'orthodoxie de toujours :: Les Saints-
Sauter vers: