ORTHODOXIE LIBRE

Ce forum se veut un lieu de discussion sur l'orthodoxie spirituellement libre, à savoir celle qui demeure fidèle à la Tradition et aux dogmes.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Saint Comgall de Bangor; 10-23 mai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe Crévieaux



Nombre de messages : 404
Age : 52
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 08/06/2006

MessageSujet: Saint Comgall de Bangor; 10-23 mai   Sam 23 Mai - 9:45

SAINT COMGALL EVEQUE ET FONDATEUR DU MONASTERE DE BANGOR
Né en Ulster, Irlande, vers 517; n é au Ciel à Bangor, Irlande, en 603; certains rapportent sa fête au 11 mai. Les chroniqueurs décrivent Comgall comme guerrier lorsqu'il était un jeune homme, mais qu'il étudia sous Saint Fintan au Monastère Cluain Eidnech, puis fut ordonné Prêtre avant d'avoir quarante ans, et partit fonder un ermitage avec un groupe de compagnons à Lough Erne. La règle qu'il imposa fut si sévère que sept d'entre eux en moururent. Il quitta l'île et fonda un Monastère à Bangor (Bennchor), sur la rive sud du Lac Belfast, où il enseigna Saint Colomban et nombre de Moines qui évangélisèrent le centre de l'Europe. Deux autres de ses Moines évangélisèrent activement l'Ecosse, Saint Moluag de Lismore à Argyll et Saint Maelrubha d'Applecross à Ross. En son temps, cela devint le monastère le plus célèbre d'Irlande, et Comgall est réputé pour avoir dirigé jusque huit mille Moines en cet endroit et dans les maisons fondées par Bangor. Bangor qui fut un des principaux centres monastiques d'Irlande jusqu'au jour où il fut détruit par les Danois, en 823.

Bien qu'on l'ai connu pour son ascétisme, et on rapporte qu'il ne mangeait un repas complet qu'une fois par semaine, le Dimanche, nombre de miracles le concernant ont trait à la nourriture. En une occasion, un fermier refusa de vendre du blé à ses Moines, disant qu'il préférait que sa belle-mère, appelée Luch, le mange plutôt que des Moines. "Luch", en gaélique, se traduit par "souris". Saint Comgall répondit : "Qu'il en soit ainsi, que Luch le mange". Et cette nuit-là, une foule de souris vint dévorer deux silos de maïs, ce qui représentait la charge de trente charrettes.

En une autre occasion, un groupe de voleurs s'introduisit sur les terres du monastère pour voler les légumes des Moines, et par les prières de Comgall, ils furent privés de la vue jusqu'à ce qu'ils se repentent. Après leur repentance, ils furent admis dans la communauté. Une autre fois, alors que les Moines étaient à court de vivres et qu'ils attendaient des visiteurs, Saint Comgall pria Dieu, et un banc de poisson vint s'échouer sur la rive, et les frères purent nourrir les invités. Comgall partit quelque temps pour l'Ecosse, où il vécut dans un monastère sur l'Île de Tiree. Il accompagna aussi Saint Columba dans un voyage missionnaire à Inverness, pour évangéliser les Pictes. Columba et Comgall auraient voyagé ensemble à travers le Grand Glen et prêché face au roi Brude à Inverness. Là il fonda le Monastère de Land of Heth. Le manuscrit appelé Antiphonaire de Bangor, rédigé là moins d'un siècle après le départ céleste de Saint Comgall, contient une longue hymne à sa louange. Comgall remit son âme au Christ après des années de souffrances dues à ses austérités.

Saint Fiacre reçut par le ministère d'un Ange le message comme quoi son ami était mourant, et il arriva à Bangor à temps pour le voir entrer dans l'autre monde. En retournant à Ullard après les funérailles de Saint Comgall, Fiacre emporta un bras du Saint comme Relique. Il ne reste plus rien à présent du grand monastère, mais la Cloche de Bangor est préservée dans le musée de l'Héritage à Belfast, et dans la Bibliothèque Ambrosienne, il y a l'Antiphonaire de Bangor

ou

Fondateur et Abbé du grand Monastère irlandais à Bangor, qui fleurit au sixième siècle. L'année de sa naissance est incertaine, mais selon le témoignage des annales irlandaises, on doit la placer entre 510 et 520; sa naissance céleste aurait eu lieu en 602 ("Annales de Tighernach" et "Chronicon Scotorum"), ou 597 (Annales d'Innisfallen). Il naquit à Dalaradia en Ulster, près de l'endroit appelé de nos jours Magheramorne, dans l'actuel Comté d'Antrim. Il semblerait qu'il ait d'abord servit comme soldat, et après avoir terminé son service militaire, il aurait étudié à Clonard, avec Saint Finnian, puis à Clonmacnoise avec Saint Ciaran, qui s’endormit dans le Seigneur en 549.

Ensuite nous le retrouvons en Ulster sur une île à Lough Erne accompagné que quelques amis, suivant une forme très sévère de vie monastique. Il voulut aller en Angleterre, mais en fut dissuadé par Lugidius, l'Evêque qui l'ordonna, sur l'avis duquel il resta en Irlande et se mit à diffuser lui-même la vie monastique à travers le pays. Le plus célèbre de ces endroits de Comgall est Bangor, situé dans l'actuel Comté de Down, sur la rive sud du Belfast Lough, faisant face à Carrickfergus. Selon les annales irlandaises, Bangor fut fondé pas plus tard que 552, bien qu'Ussher et d'autres écrivains postérieurs parlent d'une fondation en 555.

Selon la "Vie de Colomba" par Adamnan, il y eut une relation très proche entre Comgall et Colomba, bien qu'il n'y ait pas de preuve faisant autorité pour démontrer que Comgall aurait été le disciple de Colomba dans le sens strict du terme. Il aurait été l'ami de Saint Brendan, Saint Cormac, Saints Cainnech et Finbarr de Moville. Après avoir souffert intensément, il reçut l'Eucharistie de Saint Fiacre et expira au Monastère de Bangor.

Comgall appartint à ce qui est connu comme le Second Ordre des Saints Irlandais. Ce sont ceux qui fleurirent dans l'Eglise irlandaise au sixième siècle. La plupart furent éduqués en Grande-Bretagne, ou reçurent l'instruction de ceux qui y avaient grandit sous l'influence des écoles britanniques. Ils furent les fondateurs des grandes écoles monastiques irlandaises, et contribuèrent largement à la diffusion du monachisme dans l'Eglise irlandaise. Une question intéressante est jusqu'où Comgall et les gens comme lui furent avancés dans sa fondation Bangor et ailleurs pour l'introduction des derniers développements d'une stricte règle monastique ressemblant à la règle de Saint-Benoît. En d'autres mots, est-ce que Saint Comball donna à ses Moines à Bangor une stricte règle monastique ressemblant à la règle de Saint-Benoît? On possède encore une règle de Saint Comgall en Irlandais, mais rien ne nous prouve absolument qu'elle puisse lui être attribuée. Le fait, néanmoins, que Colomban, un disciple de Comgall et Moine à Bangor, rédigea pour ses fondations continentales une "Regula Monachorum" pourrait nous amener à croire qu'il existait une telle organisation à Bangor à l'époque. Néanmoins, ce n'est pas une preuve, parce que Colomban aurait pu s'inspirer de la règle bénédictine qui était alors largement répandue dans le sud-ouest de l'Europe. Saint Comgall est mentionné dans la "Vie de Colomban" par Jonas, comme le supérieur de Bangor, sous lequel Saint Colomban a étudié.

L'Abbaye irlandaise de Bangor
Située dans le Comté de Down, sur la rive sud de Belfast Lough. Son nom était parfois écrit "Beannchor", du mot irlandais "beann", signifiant "une corne". Selon Keating, un roi du Leinster eut un jour un bovin tué à cet endroit, les morceaux ayant été éparpillés à l'endroit, d'où le nom. L'endroit fut aussi appelé la Vallée des Anges, parce que, dit Jocelin, Saint Patrick s'y reposa un jour et vit la vallée remplie d'Anges. Le fondateur de l'abbaye fut Saint Comgall, né à Antrim en 517, et éduqué à Clooneenagh et Clonmacnoise. L'esprit du monachisme était alors très fort en Irlande. Nombreux étaient ceux qui cherchaient la solitude pour mieux servir Dieu, et dans ce but, Comgall se retira sur une île isolée. L'insistance de ses amis le retira de sa retraite; plus tard, il fonda le Monastère de Bangor, en 559.

Sous sa règle, qui était rigide, la prière et le jeûne étaient incessants. Mais ces austérités attiraient plutôt qu'elles ne repoussaient; des foules venaient pour partager ses pénitences et ses vigiles; ils venaient aussi pour apprendre, et ainsi Bangor devint rapidement la plus grande école monastique d'Ulster. A l'intérieur des remparts en extension qui entouraient les bâtiments monastiques, les Saintes Ecritures étaient exposées, la théologie et la logique enseignées, et la géométrie, et l'arithmétique, et la musique; les beautés des classiques profanes étaient appréciées, et au moins deux de ses étudiants écrivirent d'excellents versets latins. Sa croissance fut si rapide que les élèves durent vite aller fonder des nouveaux monastères, et quand, en 601, Saint Comgall s’endormit, trois mille Moines s'y trouvaient à chercher la lumière et la guidance de l'Abbé de Bangor.

Un changement désastreux survint avec les Danois. Etant facilement accessible par la mer, Bangor invitait à l'attaque, et en 824, ces pirates le pillèrent, tuant neuf cents de ses Moines, traitant indignement les Reliques de Saint Comgall, et emportant son cercueil. Des Abbés s'y succédèrent, mais ils n'eurent plus d'Abbé que le nom. Les terres passèrent entre les mains de laïcs, les bâtiments s'écroulèrent, et quand Malachie, au douzième siècle, devint abbé papiste de Bangor, il dut tout reconstruire à neuf.

L'impression que son zèle donne est que s'il avait pu continuer, il y aurait eu pérennisation de l'oeuvre. Mais il fut promut au siège épiscopal de Down, et Bangor déclina à nouveau. Parmi les Abbés de Bangor, peu furent célèbres, mais nombreux des étudiants le devinrent. Findchua a sa vie comptée dans le Livre de Lismore; Luanus fonda cent Monastères et Saint Carthage fonda la grande Ecole de Lismore. De Bangor, Colomban et Gall traversèrent la mer, le premier pour fonder Luxeuil et Bobbio, le second pour évangéliser la Suisse. Au neuvième siècle, un étudiant de Bangor, Dungal, défendit l'Orthodoxie contre les iconoclastes occidentaux. L'actuelle ville de Bangor est une florissante petite ville, populaire comme lieu de villégiature balnéaire. La tradition locale rapporte que quelques uns des murs en ruine près de l'église protestante indiquent le site de l'ancienne Abbaye; il ne reste plus rien d'autre de cet endroit sanctifié par les prières et les pénitences de Saint Comgall.

Tropaire de Saint Comgall ton 4
Ô Comgall, Père des Moines, /
tu en formas quatre mille à la vie monastique. /
Tu allumas le Feu du Christ à Bangor/
et ta cellule fut lueur dans les ténèbres du paganisme./
Ô ami de Saint Colum Cille,/
toi l'éclat de l'Irlande et de l'Ecosse; nous louons Dieu qui t'a glorifié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Saint Comgall de Bangor; 10-23 mai
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Gaétan de Thienne et commentaire du jour "Qui perdra sa vie à cause de moi la gardera"
» Sainte Jeanne Delanoue et Saint Roch
» Sainte Véronique, Saint André Corsini et commentaire du jour "Jésus appelle les Douze, et..."
» Saint Nazaire et Saint Celse Martyrs et commentaire du jour "La perle de grande valeur"
» Prières à Saint Expédit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ORTHODOXIE LIBRE :: L'orthodoxie de toujours :: Les Saints-
Sauter vers: