ORTHODOXIE LIBRE

Ce forum se veut un lieu de discussion sur l'orthodoxie spirituellement libre, à savoir celle qui demeure fidèle à la Tradition et aux dogmes.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Epîtres pour la Nativité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Serge
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 270
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Epîtres pour la Nativité   Ven 29 Déc - 19:58

Noël approche à grand pas et nos évêques nous adresses leurs voeux dans différentes épîtres. Comme celle-ci sont aussi parfois des catéchèses et des homélies, il n'est pas inutile de les publier. Je tâcherai de publier celle des églises traditionnalistes en les traduisant de l'anglais ou de l'espagnol. Ceux qui disposent de ces écrits sont invités à les poster sur ce fil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orthodoxie-libre.actifforum.com
Jean-Serge
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 270
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Epître de Noël du Métropolite Valentin de Souzdal   Sam 30 Déc - 2:43

Ci-après, la première épître qui nous vient du Métropolite Valentin de Souzdal, premier hiérarque de l'Eglise Orthodoxe Russe Autonome (ROAC en anglais). On notera que cette lettre atteste des persécutions que subissent les orthodoxes "libres" en Russie, persécutions passées sous silence par tous ces milieux orthodoxes ou pas qui ne cessent de gloser sur le renouveau spirituel en Russie depuis le retour de la "liberté de culte". La vérité est fort différente. Seul le Patriarcat de Moscou est libre alors que les autres églises sont persécutées.

Cette épître a été traduite de l'espagnol : la version espagnole est l'oeuvre du Père Siluan, prêtre de la ROAC résidant en Argentine. On peut la trouver à ce lien :

http://euphrosynoscafe.com/forum/viewtopic.php?t=7465
_____________________________________________________________

Epître de la Nativité 2006/2007


De son éminence Valentin, Métropolite de Souzdal et de Vladimir, premier hiérarque de l'Eglise Orthodoxe Russe Autonome

Aimés frères en le Seigneur, Archiprêtres et Prêtres, Très Honorables Moines, Frères et Soeurs aimés de Dieu

"Le Christ naît, glorifiez-le!
Le Christ vient du ciel, recevez-le!
Le Christ est sur la terre, élevez-vous!
Que toute la terre chante le Seigneur
at qu'avaec joie chante les hommes
Parce qu'Il est Glorifié"

(Irmos du Canon de la Nativité d Christ, Ode 1)


Par la miséricorde de Dieu, nous voilà participant à nouveau au grand mystère de la naissance du Divin Christ-Enfant. Sans cesse, la Sainte Eglise et avec elle, toutes les créatures du ciel et de la terre, rendent grâce au Divin Christ-Enfant à peine né, d’avoir sauvé la race humaine du mal et de la malédiction de la mort. Les Anges et les hommes ont chanté des cantiques de louange au Divin Enfant, Celui qui a amené la paix, le repos et la bonne volonté. La terre offrit une grotte au Christ Enfant nouveau-né. Les cieux envoyèrent une étoile pour briller devant le Christ Enfant. Les sages venus des confins de monde se dépêchèrent pour apporter leurs cadeaux. Les pâtres étonnés, glorifièrent l’humilité du Christ Roi à peine né.

La lumière éternelle et impérissable, qui est l’éclat de la lumière de Dieu le Père, s’est incarnée pour illuminer la création entière, pour éclairer l’entendement des hommes, réveiller leurs consciences, et pour nous ouvrir le chemin qui conduit à Notre Père des Cieux. Le Fils de Dieu s’est incarné dans un monde qui était prisonnier du mal, avec les gens qui avaient perdu leur propriété, et qui avaient été exilés de leur royaume. « Voici, les ténèbres couvrent la terre, et la nuée épaisse les peuples : mais sur toi le Seigneur se lève, et sur toi sa gloire apparaît » dit le Prophète Esaïe (Esaïe 60 :2). La Vierge, comme le chérubin, donne naissance de son sein pur au Dieu inaccessible, Qui s’est rendu accessible, visible et palpable.

Personne ne fut conscient que Dieu se fût révélé dans la chair (I Timothée 3:16), ni en Judée où Dieu est connu (Psaume 75:1 ; Psaume 76: 2 dans la Bible massorétique –Note du traducteur-), ni dans la cité de Dieu, Jérusalem, où Hérode avait son trône. Mais ce grand mystère fut seulement révélé aux mages, qui avaient été illuminé de sagesse spirituelle, et aux bergers aux cœurs purs.

Pour quelle raison le Dieu Omnipotent voulait-il s’abaisser à prendre la forme d’un esclave, et naître dans le petit et pauvre village de Bethléem, aux marges même du monde civilisé ? Pour révéler à l’homme, la générosité de son amour. Les grands royaumes de ce monde ne méritaient pas cet amour de Dieu; ce grand amour ne peut être atteint ni à travers des grandes philosophies de la science humaine ni se mesurer au moyen de la profondeur de la douleur et de la souffrance humaine. Il n’y a qu’une chose de valeur digne de l’amour de Dieu, et cette chose est l’homme en lui-même; l’homme dans sa totalité. Comme les Saints Pères de l’Eglise nous l’enseigne : Dieu, intégralement, s’est donné à l’homme, pour que l’homme puisse se donner tout entier à Dieu.

Jésus-Enfant naît dans les entrailles de la terre, dans une petite grotte de Palestine, à cause de son amour des hommes et pour leur salut. Il est venu pour nous instruire et pour guérir nos maux spirituels et corporels.

Le Verbe se fit chair; la Divinité fut unie à l’humanité en une unité indivisible, se faisant en tout pareil à nous-même pour détruire les passions pécheresses qui habitent en nous, et, par sa mort volontaire, pour fouler eux pieds, c'est-à-dire laisser impuissant et sans autorité celui qui avait pouvoir sur la mort, à savoir, le diable (Hébreux 2:14-17). Avec quelle beauté, les services de l’Eglise chantent que le Dieu incorruptible fut enveloppé de bandelettes pour libérer les hommes des chaînes de la mort; le Verbe fut mis dans une étable avec des bêtes irrationnelles pour abolir les passions irrationnelles de l’homme rationnel; il est né dans un désert pour donner la fertilité à l’aride nature humaine; Dieu se trouva citoyen d’un royaume terrestre, pour que nous autres puissions devenir citoyen du Royaume des Cieux; le Fils de Dieu se fit Fils de l’Homme pour faire de nous des enfants du Très-Haut.

Il n’y a rien de plus élevé et salvifique que ce mystère de l’amour de Dieu, et tout ce que nous pouvons faire, c’est de Lui rendre grâce, avec larmes, pour sa grande miséricorde pour nous autres, prodigues et tombés, qui en perdant notre gloire divine, nous vîmes obligés à travailler pour « les habitants d’un pays étranger » (Luc 15:15). Dieu nous donne gratuitement le salut; tout ce qu’Il demande de nous en échange, c’est l’amour et l’humilité. Tant que nous serons empêtrés dans les choses du monde, alors que nous pensons que nous sommes intelligents, forts et auteurs de notre propre salut, et que nous sommes capables de disposer de nos vies selon notre bon plaisir, Dieu retardera le début de son œuvre salvifique en nous. Mais dès que nous reconnaîtrons que face à Dieu nous ne sommes que poussière et cendres, que notre droiture est à ses yeux une fausse droiture, que rien de ce que nous avons ici ne nous appartient réellement, mais que nous le recevons de Lui (I Corinthiens 4: 7), alors nous tournerons nos yeux vers le Seigneur et nous lui offrirons des larmes de repentir et de gratitude.

Il est difficile pour un homme riche d’être sauvé; de cette façon, Dieu nous montre le chemin de la pauvreté volontaire. Il est difficile pour un homme d’être sauvé quand il est « au sommet du monde », comblé de pouvoir et d’honneurs; et ainsi, Dieu nous conduit par le chemin des persécutions, de la résistance patiente, des propos diffamatoires, des calomnies et des accusations visant à nous ridiculiser. C’est le chemin du Christ, le chemin de sa vie sur terre; c’est un chemin semé d’épines, mais c’est un chemin qu conduit au salut. Dès le début, depuis sa naissance même jusqu’à sa mort sur la Croix, le Seigneur nous a montré le chemin de l’humilité. Parce que c’est l’humilité qui fait que Dieu demeure en nous, alors que l’orgueil fait que le Diable demeure en nous.

Dernièrement, les Chrétiens orthodoxes traversent des temps difficiles, graduellement reviennent ces temps-là, quand à cause de la Foi Orthodoxe, beaucoup moururent sous l’étiquette de « contre-révolutionnaires », après avoir été accusés d’avoir des motivations politiques. Les jours s’approchent où, sous la pression des leaders du Patriarcat de Moscou, notre Eglise Orthodoxe Russe Autonome perdra ses temples, verra ses statuts juridiques révoqués, ses lieux de prière fermés; et ainsi, ils penseront qu’ils nous privent d’un endroit où prier. Mais nous devons nous souvenir des paroles du Christ, les portes de l’enfer ne prévaudront pas, et nous n’avons pas besoin de statut juridique, ou de nous enregistrer auprès du gouvernement pour pouvoir prier le Seigneur Dieu.

Durant cette dernière année, en 2006, l’Eglise Orthodoxe Russe Autonome a dû supporter une pression immense de la part des autorités locales, régionales et provinciales de la Fédération de Russie. Ils ne nous permettront pas d’enregistrer nos diocèses, ils se sont emparés illégalement de notre église Sainte Olga dans la ville de Zheleznovodsk dans la région de Stavropolo; ils nous ont empêchés d’ouvrir de nouvelles paroisses, de toutes les façons possibles, ils ont fait pression sur nous, nous menaçant, ils ont mené des agressions contre notre clergé, et bien des choses encore.

En 2006, l’administration régionale de Vladimir n’a cessé de nous envoyer commission sur commission, dans le but de nous priver discrètement des temples que nous avons restaurés; d’une certaine façon, ils n’auraient pas besoin des tribunaux pour parvenir à leurs fins.

Mes prêtres et mon troupeau bien aimés! Je vous appelle tous à la vigilance et à la prudence, vous rappelant le conseil de nos Saints Pères; cette discrétion est la mère des vertus. Il est fondamental que soient employés tous les moyens légaux pour sauver les églises que nous avons reçues, mais en même temps, nous devons nous préparer à retourner avec nos prières dans les catacombes, nous souvenant du chemin de croix du Christ Notre Sauveur.

Pour pouvoir résister en temps de calamités, mes frères estimés, nous devons nous rappeler qu’il est essentiel de nous donner les uns les autres, constamment, ces dons divins, dons d’humilité et d’amour, lesquels nous furent donnés par le Dicin Christ-Enfant.

Mon troupeau aimé de Dieu aussi bien en Russie qu’à l’étranger, je te salue chaleureusement en cette grande fête de la Nativité du Christ. Pieusement, je vous souhaite patience, humilité, amour mutuel et salut dans le Christ


+VALENTIN,
Métropolite de Souzdal et de Vladimir,
Premier Hiérarque de l’Eglise Orthodoxe Russe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orthodoxie-libre.actifforum.com
Jean-Serge
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 270
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Epître de Noël de Chryosotome II d'Athènes   Sam 13 Jan - 1:52

Voici l'Epître de la Nativité traduite de l'anglais de Chrysosotome II d'Athènes, primat de l'Eglise Orthodoxe Authentique (Genuine Orthodox Church). Il s'agit du synode vétéro-calendériste grec qui compte le plus de fidèles. Voici d'ailleurs ont site internet (grec et anglais) : www.ecclesiagoc.gr

Le texte anglais de cette épître de la Nativité se trouve ici : http://euphrosynoscafe.com/forum/viewtopic.php?t=7526

Voici la traduction que je propose :


Citation :
MESSAGE DE NOËL 2006



Mes frères et enfants dans le Seigneur,

L’ineffable amour de Dieu ainsi que son Infinie miséricorde nous ont rendus dignes, une fois de plus, de devenir participants à la joie divine, à l’occasion de la grande fête de la Nativité du Christ, fête qui a trait au salut du Monde entier

L’annonce d’une grande joie depuis les cieux « en ce jour, il vous est né un Sauveur dans la ville de David, c’est le Christ votre Seigneur » résonne à travers les âges et une fois encore cette année, les doxologies emplissent les dômes des églises et le son des cloches emplit l’air, répandant la joyeuse nouvelle. Les excellents et divinement inspirés hymnographes Jean Damascène, Côme, Mélode avec les autres hymnographes à la sagesse divine prennent part à cette célébration, chantant l’hymne avec ceux qui, ici sur terre clament: « Le Christ est né, glorifiez-le. Le Christ est venu des Cieux, recevez Le. Le Christ est sur terre, exaltez-Le. Que toute la terre chante pour le Seigneur ». La joie commune au ciel et à la terre fut en premier lieu annoncée par l’ange aux bergers de Bethléem : « voyez, je vous apporte une bonne nouvelle pleine de joie, joie pour tous les peuples ». Nos sens sont emplis de joie divine conformément à l’hymne : “Aujourd’hui la création est emplie de la joie de la naissance du Christ du sein de la Vierge”. Le Seigneur a fait briller sa miséricorde sur nous, rétablissant l’homme déchu à son ancienne dignité, à travers Son incarnation et son divin baptême.

Le monde aujourd’hui n’est pas ému par cette grande et extraordinaire fête qui révèle la divine économie et ne tente pas de se montrer digne de la bienfaisance divine. Hélas, il demeure sous le pouvoir de « ceux qui gouvernent l’obscurité de ce monde » et reste heureux de se vautrer dans le péché. Il n’est pas ému par l’amour grand, divin et sacrificiel, le seul amour en son genre comme le Seigneur lui-même nous l’affirme : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis ». Le Seigneur a lui-même manifesté au genre humain l’humilité divine et l’amour en tant que fondement de toutes les vertus sans lesquels aucune autre vertu ne peut être atteinte ou obtenue ; c’est pour cela que le Christ dit à Ses amis : « Vous êtes mes amis si vous accomplissez tout ce que je vous demande ».

Qui aujourd’hui, aspire à l’amitié du Christ ? Combien sont-ils à méditer sur le grand mystère de la Nativité ? La célébration moderne de ce grand jour expulse le Divin et prend la forme d’une fête « mondaine ». Pieux qui aimez cette fête. Pieux orthodoxes. Honorables ouvriers de la vigne du Christ. Célébrons cette fête, non comme le fait le monde, mais avec componction et d’une manière qui plaise à Dieu, pour sa gloire. Nous savons tous que de nos jours le péché atteint des sommets. Le Christ a été banni. La piété est chassée comme nous l’avons vu avec les derniers événements d’Esphigmenou. Pasteurs et enseignants éloignent les gens du Christ avec leurs vies scandaleuses, et leurs enseignements anti-patristiques. L’Orthodoxie est trahie. Les sacrés canons sont foulés au pied et rendus inutiles. Les fêtes de l’Eglise sont devenues des coutumes mondaines en vue de manipuler les gens et de se vanter, et ce, en opposition complète avec Jésus qui « n’avait nul endroit où reposer sa tête ». Ceci n’est pas patristique, ni traditionnel, ni en accord avec l’imitation du bien. Nous qui témoignons de la vérité sommes ridiculisées et combattus parce que nous sommes unis aux Pères théophores, ces étoiles brillantes du firmament noétique, ces bouches d’or du Verbe. Nous nous efforçons de préserver les Thermopyles noétiques en demeurant fidèle à l’esprit des Pères et en refusant toute union avec les oecuménistes et papophiles modernes, qui incarnent l’esprit anti-patristique de notre temps. C’est pour cela que nous célébrons pieusement la Nativité du Christ avec l’Eglise triomphante dans les cieux, afin que nous puissions recevoir les bénédictions et la grâce de l’incarnation de Dieu le Verbe et devenir héritier de Son royaume. Amen


Archevêque Chrysostome II d’Athènes et de toute la Grèce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orthodoxie-libre.actifforum.com
Jean-Serge
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 270
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Message de Noël 2007/2008 de Valentin de Souzdal   Mar 22 Jan - 18:45

Voici l'épître de Noël de Valentin de Souzdal pour le dernier Noël (initialement publiée sur ce blog)

Citation :

Epître de la Nativité de son éminence le Métropolite Valentin de Souzdal et de Vladimir au pieux troupeau de l’Eglise orthodoxe de Russie


“Mais l’ange leur dit : Soyez sans crainte, car je vous annonce la bonne nouvelle d’une grande joie qui sera pour tout le peuple : aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur” (Luc 2:10-11)


Enfants très aimés de l’Eglise de Dieu!


Gloire au Dieu Très-Haut, Qui nous a de nouveau donné à voir la joie bénie du grand jour de la Naissance du Christ!


Avec amour spirituel, je vous salue cordialement, chers enfants de l’Eglise orthodoxe de Russie, à l’occasion de cette très victorieuse et salvifique fête de la Nativité du Christ.

A présent, nos coeurs sont comblés de la grande joie du salu, d’une alégresse total à cause de l’incarnation du Fils de Dieu pré-éternel. Le grand mystère de la justice est accompli; Dieu se manifeste dans la chair, parce que le Divin Enfant Christ est né de la Vierge Marie.

Le riche trésor spirituel de la Sainte Eglise de Dieu a donné à nos coeurs fidèles, lesquels sont remplis de félicité sainte et exultent d’espérance chrétienne, ses illustres hymnes de Noël : “Ciel et Terre, ensemble réjouissez-vous de façon prophétique en ce jour..., anges et hommes triomphez en esprit..., pasteurs prêchez; et les Mages apportent leurs cadeaux de l’Orient à Bethléem. Nous Le louerons de nos lèvres indignes, avec cet hymne : “ Gloire à Dieu dans les hauteurs et paix sur la terre aux hommes ses bien-aimés”

De même que jadis le mal émanait du palais du cruel et inhumain tyran Hérode, dont la conscience portait le sang des sa femme, de ses enfants et de ses parents, de la même manière, aujourd’hui, de nos jours, les mauvaises oeuvres sortent du palais d’Hérode vers notre Eglise russe Orthodoxe Autonome : “Sectaires, hors de Russie! Sectaires hors de Souzdal”.

Les luxueux palais du Patriarcat de Moscou, à l’instar du palais de l’antique tyran, brûlent des flammes de la colère et de l’iniquité. Au lieu d’allumer un cierge pour la Nativité, ils incendient les monastères et maisons où vivent le clergé et les moines de l’Eglise orthodoxe de Russie. Ils couvrent les murs des églises de l’Eglise Russe Orthodoxe Autonome de graffitis honteux et par conséquent, consciemment commettent l’apostasie, se moquant des commandements du Saint Evangile et du Divin Enfant nouveau-né. Ils tendent une main “d’amitié et d’amour” uniquement pour pouvoir, de l’autre main, saisir le prochain à la gorge. Ils croient au Divin Enfant Christ, mais ensuite, ils désirent sa mort.


Le 17 mai de cette même année, les hiérarques de la glorieuse Eglise Orthodoxe Russe Hors Frontière, qui pendant plus de 70 ans avaient préservé l’or incorrompu des dogmes orthodoxes, a franchi la porte d’un tel palais. Elle était parfois considérée avec estime et espérance par tout le monde orthodoxe.

Tant que l’Eglise hors frontière existait, le Patriarcat de Moscou se voyait forcé de la prendre en compte. L’existence indépendante de l’Église hors Frontière servait de frein pour que le Patriarcat de Moscou ne glisse pas davantage sur la pende qui mène à l’abîme du péché.


Mais qu’ont trouvé les hiérarques et fidèles du Métropolite Lavre? Hypocrisie et ruse. Ils que croyaient que deux parties égales d’une Église signaient l’Acte de Communion Canonique, mais en réalité, ils signaient un “Acte”, qui était au final l’absorption définitive de l’Église hors Frontière par le Patriarcat de Moscou, et sa destruction canonique; le résultat est que l’Église hors Frontière est devenue à présent une organisation ennemie de Dieu”.


Ceci fut confirmé par l’archevêque Euloge, dans son appel aux croyants de Souzdal, quand il dit que l’Église Hors Frontière avait finalement eu le courage de rentrer, en paix et avec amour, au sein de l’Église Mère; et de cette façon, il a annoncé le dogme de l’adpatation de la vérité pour servir les mensonges du monde athée.

Déçu par la chute de l’Église Hors Frontière, nous espérions néanmoins qu’elle serait une force vitale pour freiner la chute du monde dans le sergianisme, le modernisme et l’oecuménisme. A l’inverse, hélas, nos espoirs furent en vain.

Le monde orthodoxe fut secoué par la prière oecuménique sans précédent d’Alexis II avec les évêques catholiques romains de France qui eut lieu récemment à Paris. Sur internet et dans les autres média de communication, les critiquent condamnèrent activement cette apostasie sans vergogne. Mais pas un seul évêque de l’Église Hors Frontière n’a prononcé le moindre mot pour défendre la Sainte Foi. Ils semblent qu’ils ne sont plus capables d’apprécier la gravité de leur chute, et la gravité de la chute du Patriarcat de Moscou.

Les anciens évêques de l’Église Hors Frontière sont à nouveau demeurés silencieux le 13 novembre quand le métropolite Kirill, empli de cynisme anti-orthodoxe, voyagea en Espagne pour consacrer une église du Patriarcat de Moscou dans ce pays et invita un évêque catholique.

Hier à peine, l’Église Hors Frontière affirmait que l’oecuménisme était une hérésie. Mais aujourd’hui, par son silence et par le fait qu’elle communie au même calice que les hérétiques, elle participe totalement à l’hérésie. Ce sont les tristes fruits de l’apostasie!


Tous, par leur silence, trahissent le Seigneur. Seul un évêque, Diomède de Chukotsky, a dénoncé les évidentes violations morales et canoniques du Patriarcat de Moscou. Naturellement, tout le monde orthodoxe comprend que les appels de l’évêque Diomède à ses pairs évêques du Patriarcat de Moscou sont comme une voix qui crie dans le désert. Mais ce qui est incompréhensible pour le monde orthodoxe, c’est le silence criminel des hiérarques de la jadis glorieuse Eglise Russe Hors Frontière, qui ont oublié le terrible anathème du grand défenseur de l’Orthodoxie, le Saint Métropolite Philarète.

L’évêque Grégoire (Grabbe), de bienheureuse mémoire disait : “il est préférable pour nous d’être seuls plutôt que d’être conduits vers un marécage spirituel”.

Ce qui est important pour nous n’est pas de charcher l’accord et l’unité avec la majorité hérétique de nos contemporains, mais avec les Saints Pères qui ont brillé dans les temps passés.

Jalousement nous devons préserver la stabilité caconique de notre Sainte Église, qui par sa propore vie confirme l’anathème contre l’oecuménisme et rejette le nouveau calendrier et le sergianisme. Que le Seigneur nous soit bienveillant afin que nous puissions continuer ce service qui était effectué par l’Église Russe Hors Frontière et qui consistait à garder la Foi Orthodoxe avec les murailles de notre Église salvatrice.

Que le Divin Enfant ne permette pas que nous soyons indifférents au destin de l’Église de Dieu! Et qu’il nous maintienne éloigné de tout orgueil, amition, souvenir du mal, contentieux, divisions et calomnies et qu’il nous accorde que l’hymne de Bethlehem résonne toujours en nos coeurs : “ Gloire à Dieu dans les hauteurs et paix sur la terre aux hommes ses bien-aimés” (Luc 2:14)

Avec amour en Jésus-Christ,

+Valentin

Metropolite de Suzdal y de Vladimir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orthodoxie-libre.actifforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Epîtres pour la Nativité   

Revenir en haut Aller en bas
 
Epîtres pour la Nativité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Du 31 août au 8 septembre Neuvaine pour la Nativité de Marie
» Neuvaine pour la Nativité de la Vierge MARIE
» Du 31 août au 8 septembre Neuvaine pour la Nativité de Marie
» Prière de Neuvaine pour la Nativité de Notre-Dame*
» Neuvaine de prière pour la Nativité de la *Vierge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ORTHODOXIE LIBRE :: L'orthodoxie de toujours :: Forum général (théologie, praxis...)-
Sauter vers: