ORTHODOXIE LIBRE

Ce forum se veut un lieu de discussion sur l'orthodoxie spirituellement libre, à savoir celle qui demeure fidèle à la Tradition et aux dogmes.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Saint Montain; 17-30 mai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe Crévieaux



Nombre de messages : 404
Age : 52
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 08/06/2006

MessageSujet: Saint Montain; 17-30 mai   Sam 30 Mai - 19:51

SAINT MARTYR MONTAIN OU MONTAN, ERMITE A LA FERE (5°. S.) 20 septembre - 17 mai
De race royale, disent quelques auteurs, il vint de la Champagne (440) prêcher l'Evangile sur les bords de la Chiers (rivière qui naît au bourg d'Esch, en Belgique, baigne Longwy, Longuyon, Montmédy, Carignan, et se perd dans la Meuse, près de Sedan). Il établit sa cellule près d'Iré-les-Prés, sous le rocher de Mad (Montmédy), consacré alors à l'immolation des victimes païennes. Il éleva deux petites chapelles, l'une au Valendon et l'autre à Iré-les-Prés. Celle-ci, appelée depuis longtemps la Mère de dieu de Iré, serait l'église matrice de Montmédy. On lui attribue encore la fondation, à Juvigny, d'un Oratoire dédié en l'honneur de Saint Denis, Apôtre des Gaules, et bâtit sur l'emplacement d'un temple de Jupiter, origine assez probable du nom de Juvigny (Joviniacum). Le courageux Anachorète, poursuivi par les idolâtres, se réfugia au fond des bois, avec quelques disciples. Plusieurs hagiographes disent qu'il endura le martyre.

ou

Tandis que les Gaules étaient le théâtre des guerres, des concussions et des rapines, un solitaire, nommé Montain ou Montan (Montanus), vivait sur la Cher, près de Juvigny, dans le Luxembourg.

Formé à la vertu dès l'enfance, il vivait séparé du monde pour n'avoir de commerce qu'avec Dieu et se livrer tout entier aux exercices de la pénitence. Inquiété dans sa retraite par les courses des Barbares, il la quitta et alla chercher une solitude plus profonde à La Fère (Aisne), lieu alors rempli de bois, environné de précipices et de marais. Là, Montan, tout occupé des besoins de l'Eglise troublée par les guerres et par l'hérésie de Nestorius que le Concile Oecuménique d'Ephèse (431) venait de condamner, ne cessait d'implorer le secours du Ciel. Ses prières ne furent pas sans effet. Un jour que Montan reposait d'un léger sommeil, il fut par trois fois averti de prédire à Célinie, noble dame de la contrée, qu'elle aurait un fils, et de lui en déclarer en même temps le nom et les mérites. Tout à coup il lui semble que, par une grâce divine, il est transporté au milieu du choeur des Anges et de l'assemblée des Saintes âmes, tenant ensemble conseil et conférant de la subversion ou de la restauration des l'Eglises des Gaules : tous déclarent que le temps est venu d'en avoir pitié; et, en même temps, une voix qui retentit avec douceur se fait entendre d'un lieu plus élevé et plus secret : "Le Seigneur a regardé du Saint des Saints, et du Ciel en la terre, pour entendre les gémissements de ceux qui sont enchaînés, et pour briser les fers des fils de ceux qui ont péri, afin que Son Nom soit annoncé parmi les nations, et que les peuples et les rois se réunissent ensemble pour Le servir". La voix disait "que Célinie concevrait un fils, nommé Rémi, auquel le peuple serait confié pour être sauvé".

Après avoir reçu une si grande et si douce consolation, le Saint personnage, trois fois averti d'accomplir sa mission, vint annoncer à Célinie l'oracle de la céleste vision. Or, cette mère bienheureuse avait eu longtemps auparavant, dans la fleur de sa jeunesse, de son mari Emile, un fils nommé Principe (ou Prince), depuis Evêque de Soissons, et père de Saint Loup, son successeur à l'épiscopat de la même ville : la bienheureuse Célinie s'étonne; elle ne peut comprendre comment, déjà vieille, elle enfantera son fils et le nourrira de son lait, d'autant que son mari et elle-même, grandement avancés en âge, épuisés, n'avaient plus ni espoir ni désir d'avoir désormais des enfants. Mais le bienheureux Montan, devenu aveugle pour un temps, afin que les mérites de la patience abondassent en lui, déclare à Céline que ses yeux doivent être arrosés de son lait et qu'aussitôt il recouvrera la vue. Cependant les bienheureux parents se livrent à la joie d'une si grande consolation, et, "quand le moment est arrivé", le futur pontife de Jésus-Christ vient au monde heureusement et reçoit, sur les saints fonts de Baptême, le nom de Rémi. L'heureuse promesse faite au Saint Prophète est ainsi fidèlement accomplie : car, pendant l'allaitement, son yeux sont arrosés du lait de la bienheureuse mère Célinie, et il recouvre la vue miraculeusement.

Si Montan vécut encore quelques années après avoir recouvré la vue, il retourna dans sa solitude de La Fère, au lien dit la Fosse de Saint-Montan; il y rendit son âme au seigneur le 17 mai. La ville de La Fère et sa collégiale ont pris pour patron Saint Montan. On conserve, encore aujourd'hui, une petite portion de ses reliques à l'église paroissiale papiste et à la chapelle papiste de l'Hôtel-Dieu. La cathédrale de Laon possédait autrefois le chef et un bras du Saint solitaire; l'Abbaye de Juvigny avait la principale partie de son corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Saint Montain; 17-30 mai
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Gaétan de Thienne et commentaire du jour "Qui perdra sa vie à cause de moi la gardera"
» Sainte Jeanne Delanoue et Saint Roch
» Sainte Véronique, Saint André Corsini et commentaire du jour "Jésus appelle les Douze, et..."
» Saint Nazaire et Saint Celse Martyrs et commentaire du jour "La perle de grande valeur"
» Prières à Saint Expédit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ORTHODOXIE LIBRE :: L'orthodoxie de toujours :: Les Saints-
Sauter vers: