ORTHODOXIE LIBRE

Ce forum se veut un lieu de discussion sur l'orthodoxie spirituellement libre, à savoir celle qui demeure fidèle à la Tradition et aux dogmes.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Saint Amalbert; 20 mai - 2 juin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe Crévieaux



Nombre de messages : 404
Age : 52
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 08/06/2006

MessageSujet: Saint Amalbert; 20 mai - 2 juin   Mar 2 Juin - 13:11

SAINT AMALBERT, JEUNE GUERRIER (7°. S.)
Un Saint et une Sainte, Germer et Domane, ont donné le jour à Amalbert. Avec le lait, le jeune enfant suça, pour ainsi dire, le germe de toutes les vertus chrétiennes. Ses parents lui transmirent, en même temps que la vie, leur Foi, leur piété, leur amour de Dieu et du prochain. De leurs mains, il passa dans celles de Saint Ouen, chef et pasteur de cette fameuse école, où les fils des nobles francs étaient élevés dans les palais et sous les yeux de nos premiers rois *.
* L'école palatine était établie à côté du palais de nos rois, quelquefois même dans le palais. Elle était fréquentée par les enfants des puissants leudes du royaume, que la politique des rois mérovingiens s'attachait ainsi d'une manière plus étroite. On la voit commencer au 6ème siècle. Elle brille d'un éclat remarquable sous Clotaire II. Elle est à son plus haut point de prospérité, au moment où Saint Léger la quitte pour aller à Poitiers, 30 ans avant de se trouver à sa tête.

Saint Ouen catéchisa l'enfance d'Amalbert, régénéra son âme dans les eaux du Baptême, instruisit sa jeunesse et protégea son innocence. Sous un tel maître, Amalbert fit de rapides progrès dans la science, et surtout dans la vertu. Bientôt il mérita d'être appelé l'ange de l'école palatine. Plus vif que tous les Francs ses camarades, il était plus humble que le dernier des pauvres. Accompli en oeuvres et en paroles, il était le bien-aimé de Dagobert, qui le trouvait également brave sous les armes, éloquent et bon conseiller. Allait-on en bataille, à l'exemple de son noble père, il combattait vaillamment à côté du roi. La retraite de Germer, passé de la cour au service de Jésus-Christ, ayant laissé à notre Saint la libre disposition d'une grande fortune, Amalbert la consacra au soulagement des malheureux et à l'embellissement des églises. Aussi, les richesses, loin de devenir pour lui, comme elles le sont pour plusieurs, une pierre d'achoppement, lui aplanirent la route du Ciel.

Mais le monde n'était pas digne de posséder longtemps cette âme si pure. Amalbert devança son père dans la gloire, avec ses deux soeurs, mortes aussi dans le parfum de leur jeunesse et de leur virginité. Comme il revenait de la Gascogne, après une expédition militaire, il rendit son âme au Seigneur subitement entre les bras de Clovis, le fils du roi, qui l'aimait comme un frère. Il était à peine âgé de vingt ans. Amalbert pouvait paraître avec confiance devant le Souverain Juge, car il n'avait point connu la corruption du siècle. Ses jours n'avaient pas été nombreux, mais, en peu de temps, "il avait rempli la course d'une longue vie".

Ayant appris la naissance céleste d'Amalbert, Germer descendit, pour ensevelir son fils, de la crypte de Saint-Samson, qu'il habitait depuis cinq ans. Un choeur de clercs et de Moines accompagnait ce père résigné, et offrant à Dieu son fils unique. Ils chantaient ensemble ces paroles du Psalmiste : "Le Seigneur est la part de mon héritage et de mon calice : c'est toi, mon Dieu, qui me rendras mon héritage." Le roi, les princes et les grands pleurèrent Amalbert et conduisirent ses funérailles. Germer rencontra le cortège funèbre sur le territoire du Beauvaisis, et le conduisit au Monastère de l'Isle. En un lieu nommé le Pont-Banneri, le cercueil, dit-on, devint si pesant, qu'il fallut suspendre la marche. Le visage du Saint ayant été découvert, ses joues parurent aussi vermeilles que s'il avait encore été vivant, et le sang coula de ses narines avec abondance. Germer crut reconnaître par cet indice, que son fils lui désignait l'emplacement d'une pieuse fondation. En effet, il n'eut pas plus tôt fait voeu de bâtir une église au Pont-Banneri, et de la doter de revenus suffisants pour l'entretien de douze Moines, que le corps d'Amalbert recouvra son poids ordinaire, et le convoi put continuer sa route vers le monastère de l'Isle. La sépulture du Saint y eut lieu avec une grande pompe, au milieu d'une multitude de fidèles, qui se plaisaient à raconter ses vertus, et l'invoquaient déjà comme étant en possession de la béatitude éternelle.

La chapelle où reposait le corps de Saint Amalbert fut conservée avec soin pendant tout le Moyen-Age. Ayant été brûlée le 17 novembre de l'an 1700, elle fut reconstruite aussitôt par les papistes. Les Précieux Restes du Saint en furent retirés vers l'an 1758 par les papistes, et transportés dans l'église abbatiale de Saint-Germer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Saint Amalbert; 20 mai - 2 juin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Louis de Gonzague, patron de la jeunesse (21 juin)
» pour préparer la Fête du Saint Sacrement du 14 juin
» Saint du jour 22 Juin 2012
» Saint Pierre et Saint Paul fete 29 juin
» SAINT-PAUL de TARSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ORTHODOXIE LIBRE :: L'orthodoxie de toujours :: Les Saints-
Sauter vers: