ORTHODOXIE LIBRE

Ce forum se veut un lieu de discussion sur l'orthodoxie spirituellement libre, à savoir celle qui demeure fidèle à la Tradition et aux dogmes.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mariage, vie de couple

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Serge
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 270
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Mariage, vie de couple   Sam 13 Jan - 2:03

J'ouvre ce fil consacré essentiellement au mariage et à ce qui y est lié d'un point de vue orthodoxe. N'hésitez pas à intervenir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orthodoxie-libre.actifforum.com
Jean-Serge
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 270
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: L'Eglise orthodoxe et les mariages mixtes   Sam 13 Jan - 2:19

Je transfère ce texte, initialement publié sur le blog : http://orthodoxie-libre.over-blog.com

Présentation de l’article traduit

Nous vivons dans une société pluraliste, cela est une évidence mais nullement une nouveauté... Il en résulte que la question des mariages mixtes ne manque pas de se poser. En certaines paroisses orthodoxes, ils constituent même la majorité des mariages célébrés. Peu s'en émeuvent, d'autres n'y voient même aucun inconvénient avec l'enseignement de l'Eglise et vont même jusqu'à prôner la célébration dans l'Eglise de mariages « dispars » (avec un conjoint non chrétien). Cet article de John Hudanish traduit de l'anglais est paru dans les revues ORTHODOX AMERICA, LIVING ORTHODOXY ET ONE CHURCH. Il a le mérite de traiter la question en étayant sa réponse d'arguments canoniques, patristiques et historiques autrement plus convaincants que les considérations sociales, sociétales, sociologiques, psychologiques (et j'en passe) de certains...

Un mot sur l’auteur : nous croyons savoir qu’il est président du conseil paroissial d’une paroisse dépendant du Patriarcat de Moscou dans l’Orégon. Cela dit, l’intérêt de l’article ne réside pas en son auteur mais surtout en la rigueur du raisonnement.

L’original anglais est disponible au lien suivant : http://www.3saints.com/mixed_marriage.html


Nous ferons suivre la traduction d’additions personnelles.



Citation :
L’EGLISE ORTHODOXE AUTORISE-T-ELLE LES MARIAGES MIXTES ?


Par John Hudanish



« Un oiseau peut aimer un poisson. Mais où bâtiront-ils ensemble leur maison ? » Tevve dans Fiddler on the Roof



Le numéro du 24 juillet 1988 de la revue THE CHURCH MESSENGER publié par le diocèse grec catholique carpatho-russe aux Etats-Unis [un diocèse uniate, note du traducteur], comportait un article intitulé : « Persepectives sur les mariages avec des conjoints non chrétiens » écrit par le Père George Papaioannou de l’Archidiocèse orthodoxe grec (dépandant du Patriarcat œcuménique de Constantinople). L’idée de cette article est que les Chrétiens peuvent se marier avec des partenaires qui ne partagent pas la même foi.

Le Père Georges écrit en partie :

« Vivant dans une société pluraliste telle que la nôtre, nous ne pouvons ignorer ceux qui se marient en dehors de l’Eglise. En tant que bon berger, le prêtre doit les servir. Toutefois, d’autres trouvent cette approche condamnable. L’est-elle vraiment ? Au contraire, l’auteur [le Père Georges note du traducteur] pense que cette approche est justifiée et par la Bible et par l’histoire de l’Eglise. »


Ayant fait cette affirmation, le Père George ne parvient à la défendre. La seule justification qu’il propose puisée « dans la Bible et l’histoire de l’Eglise » pour voler au secours des mariages mixtes est un passage de la Première Epître de Saint Paul aux Corinthiens :

« Aux autres je dis, c'est moi qui parle et non le Seigneur: si un frère a une femme non-croyante et qu'elle consente à vivre avec lui, qu'il ne la répudie pas. Et si une femme a un mari non-croyant et qu'il consente à vivre avec elle, qu'elle ne le répudie pas. Car le mari non-croyant est sanctifié par sa femme, et la femme non-croyante est sanctifiée par son mari. » (I Cor. 7:12-13)

L’implication ici est que, si Saint Paul mentionne des mariages mixtes, l’Eglise primitive a dû autoriser les croyants à épouser des non-croyants. Mais ceci n’était pas le cas. Au temps de Saint Paul, l’immense majorité des chrétiens, y compris les Apôtres et même Saint Paul étaient des CONVERTIS. Ils étaient venus à l’Eglise de leur propre vouloir, une fois adultes.

Et nombre d’entre eux étaient déjà mariés et avaient des familles AVANT leur baptême. Vu qu’une conviction propre est quelque chose de très personnel, il en découle naturellement que la décision de devenir chrétien ne venait pas toujours aussi bien au mari qu’à l’épouse de façon simultanée dans chaque famille. Ainsi, l’Eglise au temps de Saint Paul comprenait un nombre significatif de couples au sein desquels un partenaire avait embrassé la foi et avaient été reçu par le baptême des mois ou même des années avant l’autre. C’est ainsi qu’il faut comprendre I Corinthiens 7 : 12-13.


C’est ainsi que Saint Jean Chrysostome la comprend. Dans son homélie XIX, il traite de ce passage et alors avertit :


« La question ici ne concerne pas ceux qui envisagent de se marier, mais seulement ceux qui sont déjà mariés. Il ne dit pas : « Si un frère veut épouser une non-croyante » mais si « un frère A une femme qui est non-croyante… » Cela veut dire si quiconque reçoit la Parole de Vérité alors qu’il est déjà marié, et que la femme demeure non-croyante, mais veut que le mariage continue, alors il ne devrait pas être dissous. « Car la femme non croyante est sanctifiée par son mari » La pureté du croyant est la force la plus puissante ».

En 691, le Concile in Trullo a délibéré sur cette question. L’assemblée des évêques s’est prononcée CONTRE les mariages entre les orthodoxes et non-croyants dans des termes sans équivoque :


72. Qu'un homme orthodoxe ne doit pas épouser une femme hérétique.

« Qu'il ne soit pas permis a un homme orthodoxe de s'unir à une femme hérétique, ni à une femme orthodoxe d'épouser un homme hérétique et si pareil cas s'est présenté pour n'importe qui, le mariage doit être considéré comme nul et le contrat matrimonial illicite est à casser, car il ne faut pas mélanger ce qui ne se doit pas, ni réunir un loup a une brebis. Si quelqu'un transgresse ce que nous avons décidé, qu'il soit excommunié. Quant à ceux qui étant encore dans l'incrédulité, avant d'être admis an bercail des orthodoxes, s'engagèrent dans un mariage légitime, puis, l'un d'entre eux ayant choisi la part la meilleure vint à la lumière de la vérité, tandis que l'autre fut retenu dans les liens de l'erreur sans vouloir contempler les rayons de la lumière divine, si l'épouse incroyante veut bien cohabiter avec le mari croyant, ou vice versa le croyant avec la non-croyante, qu'ils ne se séparent pas, car selon le divin apôtre, «le mari non croyant est sanctifié par sa femme, et la femme non croyante est sanctifiée par son mari
».


Le Divin Apôtre lui-même, dans sa Seconde Epître aux Corinthiens (6 : 14-15) a ses paroles au sujet du mariage avec un hérétique :

« Ne formez pas d'attelage disparate avec les incrédules; quelle association peut-il y avoir entre la justice et l'impiété? Quelle union entre la lumière et les ténèbres? Quel accord entre Christ et Bélial? Quelle relation entre le croyant et l'incrédule? »


Le message est on ne peut plus clair. La Sainte Ecriture, un Père de l’Eglise universellement acclamé et un canon d’un concile œcuménique, tous les trois s’opposent clairement aux mariages entre Orthodoxes et hétérodoxes. L’enseignement de l’Eglise orthodoxe à ce sujet est très clair : un Chrétien orthodoxe NE peut PAS épouser quelqu’un qui n’est pas orthodoxe. Et un mariage mixte n’est toléré que quand les deux partenaires étaient hors de l’Eglise quand ils se marièrent. Le témoignage de l’Ecriture et de la Tradition dément spécifiquement et avec emphase toute idée que le mariage entre orthodoxe et hétérodoxe soit une pratique qui puisse être « justifiée aussi bien par la Bible que par la Tradition »

En fait, la formulation du Canon 72 [du concile in Trullo ] est on ne peut plus catégorique dans l’interdiction d’une telle pratique, qu’elle semble interdire à tout hiérarque local d’appliquer son pouvoir discrétionnaire appelé économie, à savoir :


« et si pareil cas s'est présenté pour N’IMPORTE QUI, le mariage doit être considéré comme nul et le contrat matrimonial illicite est à casser »


Et toutefois, en dépit de ces claires prohibitions, les mariages mixtes ne sont pas rares y compris au sein des juridictions les plus traditionnelles. Comment cela se peut-il ?

Un nombre de facteurs se combinent pour créer cette déplorable situation en Occident. D’abord, il y a l’image répandue de Jésus Christ en tant que lavette castrée, un faux dieu permissif qui aime tout, ne demande rien et, au nom de l’amour divin, sauve même les impénitents des conséquences de leur propre comportement.


Ensuite, viennent les trois piliers philosophiques de la société contemporaine : l’humanisme, le sécularisme et scepticisme qui mettent l’homme – au lieu de Dieu- au centre de l’univers et soutiennent la fiction légale qu’une religion est aussi bonne que n’importe quelle autre, y compris que l’ABSENCE de religion ; constamment ils remettent en question le moindre principe, le moindre dogme, la moindre convention et vérité révélée au nom du Progrès et de la Liberté Intellectuelle (de faux dieux s’il en est) ; ils privent ainsi les membres de la société de la possibilité d’expérimenter ce que cela signifie d’avoir un sol ferme sous leurs pieds. Il y a aussi les notions contemporaines d’amour romantique, une forme grisante de démence que l’auteur ne connaît que trop bien. C’est génial le temps d’une saison, mais à moins que les amoureux qui se dévorent des yeux ne partagent des choses qui vont au-delà d’une attirance physique, ils se réveilleront inévitablement un jour remarquant que l’engouement mutuel s’est évaporé, les laissant face à face avec de REELS problèmes, comme payer les factures et élever les enfants.


Et enfin, il y a les prêtres pleins de compassion qui comprennent avec difficulté l’interaction de tous les facteurs mentionnés. Ils sont continuellement frustrés par leur incapacité de garder les brebis que le Christ leur a confiés, des pernicieuses influences de la société contemporaine. A leur crédit, il faut mettre leur attention incessante pour les brebis perdues, celles qui de leur propre volonté ont erré loin du bercail salvifique de l’Eglise. Mais dans leur désespoir de ramener TOUTES les brebis, ils se trompent parfois en essayant de redéfinir les contours du bercail. Ceci est une compassion déplacée. A étendre les frontières du bercail pour contenir les brebis, ils mettent en danger le reste du troupeau.

Nous avons la chance de vivre dans un pays libre. Personne en âge de se marier ne peut être CONTRAINT à être orthodoxe. L’appartenance à l’Eglise orthodoxe est une question de choix. Aussi, pourquoi quelqu’un se dirait-il orthodoxe s’il rejette l’autorité de l’Eglise, et refuse de respecter les canons et règles de conduite que l’Eglise suit tout au long de son histoire? Plus encore, peut-être, pourquoi quelqu’un choisirait-il d’être prêtre orthodoxe s’il pense que l’Eglise est trop rigide et « en dehors du coup » ? Plutôt que d’appeler l’Eglise à abaisser ses standards, de telles personnes devraient revoir leurs convictions personnelles à la lumière de la Sainte Ecriture et de la Tradition et, s’ils privilégient encore leurs convictions personnelles après les avoir passées au crible de la Sainte Ecriture et de la Tradition, ils devraient quitter l’Eglise. Vu la multitude d’Eglises « chrétiennes » aux Etats-Unis, il leur sera facile de trouver une communauté avec une théologie plus élastique et de la REJOINDRE.


Le Père Georges demande : "Comment traitons nous ces personnes baptisées et chrismées dans la foi orthodoxe mais qui ne se sont pas mariées dans l’Eglise ?" Le canon 72 du Concile in Trullo ordonne que le mariage soit dissous. Mais si le conjoint orthodoxe refuse de reconnaître l’autorité de l’Eglise et continue de cohabiter avec un époux hérétique, alors « qu'il soit excommunié ». Très certainement, le Père Georges connaît ce canon. Pourquoi ne l’accepte-t-il pas ? Quel autre type d’action est possible? Administrerait-il les mystères de l’Eglise à ceux qui demeurent inflexibles et impénitents défiant son autorité ? Est-ce là le type de comportement qui définit un pasteur responsable ? Comment répondra-t-il d’un tel comportement au Christ qui a dit « qu’il [le pécheur] te soit comme un homme des nations et comme un publicain » (Matthieu 18 :17).

Dieu nous a créé pour être avec Lui dans le Royaume des Cieux pour l’éternité. Il ne désire pas que quiconque aille en enfer. Mais Il nous a donné le libre arbitre. Il nous laisse faire les choix, même si ces choix nous séparent de Lui. Le libre arbitre consiste en cela. Aussi laissons le Père Georges se rappeler ce que toute personne qui a des enfants déjà grands sait : les gens bien font parfois de mauvais choix – et tôt ou tard, il se peut qu’ils aient à en affronter les conséquences.


Il n’est pas de notre rôle de spéculer sur les conséquences dans l’au-delà. Mais toute personne avec des yeux peut voir ici et maintenant les fruits amers que les mariages mixtes engendrent. Le conjoint orthodoxe dans un mariage mixte est menacé dans sa foi d’une façon proportionnelle à l’engagement religieux du conjoint non croyant. Les sociologues contemporains ont observé que les mariages entre personnes de confessions différentes sont pacifiques à condition que LES DEUX PARTENAIRES SOIENT INDIFERRENTS À LEUR RELIGION RESPECTIVE. Les conflits surviennent quant un conjoint tente de faire pénétrer ses convictions religieuses dans le foyer.

Si l’orthodoxe est pieux et essaie sincèrement de VIVRE sa foi, tôt ou tard, il percevra cela comme une « agression » de la part de son conjoint hétérodoxe. Au fur à mesure que les agressions montent en puissance, l’acceptation résignée du fait cédera la place à une résistance passive qui elle-même sera finalement remplacée par une hostilité ridicule ou même ouverte. Et graduellement, les vêpres du samedi, le jeûne, les prières du matin et du soir, les prières encadrant le repas et même la liturgie dominicale seront abandonnées pour préserver la tranquillité du foyer. C’est ainsi que le conjoint orthodoxe est séparé du Corps du Christ et de la sorte profané.

Les vrais perdants de tels mariages sont les enfants, élevés dans un environnement où l’esprit orthodoxe n’est rien de plus qu’un faible souvenir chez l’un des époux.

Nous, orthodoxes, sommes un peuple particulier, un peuple mis à part. Depuis la résurrection du Christ, nous sommes le Nouvelle Israël. Nous sommes les enfants d’Abraham. Nous sommes les héritiers de la promesse faite à Jacob. Et nous revendiquons notre héritage, non via une généalogie ou une appartenance ethnique, mais à travers une FOI dynamique en Christ.

C’est un enjeu à considérer autrement plus important qu’une amourette.

Les trois prêtres qui éditent les revues mentionnées [ORTHODOX AMERICA, LIVING ORTHODOXY ET ONE CHURCH note du traducteur] ont réfléchi suffisamment à cet article pour juger bon de le publier.

Souvenez-vous, vous devenez orthodoxe non pas pour CHANGER l’église mais plutôt pour être changer par elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orthodoxie-libre.actifforum.com
Jean-Serge
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 270
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Commentaires additionnels sur les mariages mixtes   Sam 13 Jan - 2:20

En plus du canon 72 du Concile in Trullo, d’autres canons interdisent explicitement les mariages entre orthodoxes et hétérodoxes. Ces canons confirment tous l’interdiction de contracter mariage avec une hérétique ou une païen(ne), en résumé avec un non orthodoxe. Ces canons remontent à une époque où l’Eglise vivait également dans un environnement « pluraliste » dans lequel se côtoyaient maintes confessions, chrétiennes ou pas. L’époque présente où nous ne vivons pas dans des sociétés composée d’une majorité écrasante d’orthodoxes ne constitue donc pas une nouveauté. La problématique du mariage mixte s’est donc déjà posée par le passé, et l’Eglise y a déjà répondu en le condamnant explicitement. Quelles sont donc les motivations réelles de ceux qui prétendent revenir sur ces décisions des Conciles et des Pères ?


Concile de Chalcédoine

14. Que les clercs inférieurs ne doivent pas s'allier par mariage à des hérétiques.

Comme dans quelques provinces on a permis aux lecteurs et aux chantres de se marier, le saint concile a décrété qu'aucun d'eux ne doit épouser une femme hérétique; ceux qui ont eu des enfants après avoir contracté de pareilles mariages, s'ils ont déjà fait baptiser leurs enfants chez les hérétiques, doivent les présenter à la communion de l'église catholique; si ces enfants ne sont pas encore baptisés, ils ne doivent pas les faire baptiser chez les hérétiques, ni les donner en mariage à un hérétique, à un juif ou à un païen, à moins que la personne qui doit se marier à la partie orthodoxe ne promette d'embrasser la foi orthodoxe. Si quelqu'un va contre cette ordonnance du saint concile, il sera frappé des peines canoniques.


Synode de Laodicée


10. De l'alliance par mariages avec des hérétiques.

Que le membres de l'église ne marient pas indifféremment leurs enfants avec les hérétiques.

31. De ceux qui contractent mariage avec des hérétiques.

On ne doit pas se marier avec des hérétiques quels qu'ils soient, ni leur donner en mariage ses fils et filles, à moins qu'ils ne promettent de se faire chrétiens.


Concile de Carthage

21. Que les enfants des clercs ne doivent pas contracter de mariage avec des hérétiques.

De même il fut décidé que des enfants de clercs ne contracteront mariage ni avec des païens, ni avec des hérétiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orthodoxie-libre.actifforum.com
Jean-Serge
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 270
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Du neuf sur les mariages mixtes, en provenance de mon blog   Ven 28 Déc - 20:05

Voici une traduction d'un texte de Saint Nicodème l'Hagiorite au sujet des mariages mixtes... et tiré de son Manuel de la Confession. Il est également publié sur mon blog.

Citation :
Concernant les mariages entre un orthodoxe et un hérétique

Le canon 14 du Quatrième concile œcuménique, les canons 10 et 31 de Laodicée et le canon 29 de Carthage interdisent aux chrétiens orthodoxes d’épouser des hérétiques. Le canon 72 du Sixième dissout le mariage entre un homme ou une femme orthodoxe et un hérétique et le rend nul. Balsamon dit qu’un(e) orthodoxe qui a épousé un(e) non-orthodoxe ou une hérétique n’est pas autorisé(e) à communier aux divins Mystères, à moins qu’il ne se sépare au préalable [Responsa ad Interogationes Marci, Question 33, PG 138, 985C-985D] et accomplisse son épitimie. Syméon de Thessalonique dit la même chose [Responsa ad Gabriele Pentapolitanum, Question 47, PG 155, 893A-893C], ajoutant que la personne ne doit pas recevoir la communion jusqu’à la fin de ses jours, après avoir été chrismé au préalable (si elle se repent). Le prêtre ne doit jamais ôter une partie de l’Agneau et commémorer une telle personne à la table de la prothèse, mais seulement accepter parfois des cierges et de l’encens, et quelquefois (mais pas toujours) donner à cette personne de l’eau bénite [de la Théophanie] et l’antidoron, afin qu’elle ne tombe pas dans le désespoir; il doit aussi les inciter à faire l’aumône. Le codex de Justinien, Livre I, Titre 5, Ordonnace 12, dit que s’il y a une dispute entre deux parents (qui sont parvenus à se marier d’une façon ou d’une autre), le parent qui désire élever l’enfant dans la foi orthodoxe doit obtenir raison. L’ordonnance 18 du même Titre dit la même chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orthodoxie-libre.actifforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mariage, vie de couple   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mariage, vie de couple
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entre la sorcellerie (shor) et mon mariage, lequel l'emportera?
» MARIAGE-COUPLE : Former un seul.Lequel ?
» Pour sauver notre couple, pour sauver mon mariage
» 4 ans de mariage
» En couple avec un INTP ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ORTHODOXIE LIBRE :: L'orthodoxie de toujours :: Forum général (théologie, praxis...)-
Sauter vers: