ORTHODOXIE LIBRE

Ce forum se veut un lieu de discussion sur l'orthodoxie spirituellement libre, à savoir celle qui demeure fidèle à la Tradition et aux dogmes.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sainte Clothilde; 3 - 16 juin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe Crévieaux



Nombre de messages : 404
Age : 52
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 08/06/2006

MessageSujet: Sainte Clothilde; 3 - 16 juin   Lun 15 Juin - 23:18

SAINTE CLOTILDE REINE DES FRANCS
Clotilde naquit probablement à Lyon avant 475 dans une période de profonds bouleversements pour l'Europe entière. Elle était la nièce de Gondebaud, roi arien des Burgondes, dont le royaume était situé au sud-est de la France actuelle. L'ensemble des tribus germaniques avait embrassé l'arianisme, hérésie niant la Divinité du Christ.

Le père de Clotilde, Chilpéric II, aurait dû, conformément au droit germanique, partager l'exercice du pouvoir avec le roi Gondebaud. Sa mère, issue d'un clan Burgonde ayant refusé le joug d'Attila et l'arianisme, était profondément chrétienne.

Le roi Gondebaud par peur des rivalités ordonna alors le sacrifice des parents de Clotilde, transformant ainsi le début de la vie de Clotilde en véritable tragédie.

Pendant ce temps, sur la rive gauche du Rhin, Clovis, qui règne sur un petit peuple, les Francs saliens, demeurés païens, commence une ascension spectaculaire sous l'oeil de ses alliés romains. Ainsi pour neutraliser le roi Gondebaud, son adversaire burgonde, il conclut avec lui une alliance en faisant demander en mariage sa nièce Clotilde dont le renom a survécu au supplice infamant infligé à ses parents.

Clotilde fait venir avec elle des Prêtres burgondes orthodoxes afin de ne pas être isolée dans sa Foi. Leur mariage présente les caractéristiques d'un mariage chrétien (indissolubilité, monogamie) qui bouleversera le modèle matrimonial germanique.

Clotilde va alors jouer un rôle important dans la conversion de son mari, avec le concours de Saint Rémi, Evêque, de Saint Vaast, Ermite, et de Sainte Geneviève. Implorant souvent le secours du Dieu de Clotilde lors de ces batailles, les promesses de Clovis sont suivies de peu d'effet. C'est lors d'une bataille à Tolbiac contre les Alamans, le roi Clovis en immense difficulté prononce ces paroles célèbres : "Ô Dieu de Clotilde, donne-moi la victoire et je croirai en toi, je recevrai le Baptême."

Clovis tergiverse malgré tout, et c'est devant la ferveur d'une assemblée en prière auprès du tombeau de Saint Martin en novembre 498, qu'il décide enfin de se convertir. Son baptême aura lieu à Reims en 499.

La politique humaine et pacificatrice qu'il met alors en oeuvre sur les conseils de l'Evêque Rémi, lui ralliera les populations gallo-romaines. Il faudra attendre près de deux siècles pour que la population franque soit acquise au Christ. A la naissance au Ciel de Clovis en 511, Clotilde, n'arrivant pas à gérer la succession entre ses fils, se retire dans un monastère près de Tours. Elle s'y endort dans le Seigneur en 545 et sera enterrée aux côtés de son époux et de Sainte Geneviève dans la Basilique des Saints Apôtres Pierre et Paul à Paris (Basilique disparue depuis).

ou

Sainte Clotilde était fille de Chilpéric qui partageait avec ses deux frères le royaume des Burgondes, du Jura à la Durance. Elle naquit vers 475, au moment où, après l'effondrement de l'Empire romain, les peuples barbares : Burgondes, Wisigoths, Francs et Alamans, rivalisaient pour se partager la Gaule. Orthodoxe par sa mère, alors que tous les autres souverains burgondes étaient acquis à l'arianisme, elle dut s'exiler après l'assassinat de ses parents par son oncle, et vécut dans la piété à Genève. La jeune et belle princesse ayant été remarquée par des ambassadeurs de Clovis, roi des Francs, ce dernier la demanda en mariage, pour sceller l'alliance de son peuple avec les Burgondes (vers 492). Par sa douceur et l'exemple de sa conduite vertueuse, la reine acquit un grand ascendant sur Clovis, qui accepta de faire baptiser leur enfant malade, lequel guérit grâce aux prières de sa mère. Mais, quant à lui, Clovis continua de rester sourd aux exhortations de son épouse; jusqu'au jour où, devant affronter les Alamans à Tolbiac, au-delà du Rhin (496), effrayé par la supériorité de l'adversaire, il invoqua le "Dieu de Clotilde" et lui promit d'accepter le Baptême s'il lui donnait la victoire. Les Francs ayant triomphé, le roi tint sa promesse et, après avoir suivi l'enseignement catéchétique prodigué par Saint Vaast il fut baptisé par Saint Remi, Evêque de Reims, le jour de Noël 496. Ce Baptême de Clovis et, avec lui, de plus de trois mille nobles et soldats francs, ouvrit la voie à la conversion de son peuple, destiné à devenir une nation chrétienne à l'avenir plein de promesse.

Par la suite la reine Clotilde continua d'inspirer au souverain la mansuétude à l'égard de ses ennemis et le respect des institutions de l'Eglise. Elle fit construire à Paris, leur capitale, une basilique dédiée aux Saints Apôtres (aujourd'hui Sainte-Geneviève), dans laquelle on ensevelit les restes de Sainte Geneviève que Clotilde vénérait avec une grande ferveur.

A la mort de Clovis la reine, âgée d'à peine quarante ans, se retira à Tours, auprès de la basilique de Saint Martin, dont elle encouragea également le culte, et elle passa le reste de ses jours dans les oeuvres de piété agréables à Dieu. Disposant d'une immense fortune, elle répandit ses bienfaits sur un grand nombre d'églises et de monastères. Saint Grégoire de Tours écrit à son sujet : "Elle était considérée en ces temps non pas comme une reine, mais comme une servante personnelle de Dieu (..) Elle ne se laissa pas séduire par la puissance du royaume de ses fils, ni par les richesses, ni par l'ambition du siècle, mais elle arriva à la grâce par l'humilité." Elle donna tant qu'à sa naissance au Ciel, elle n'avait, dit-on, plus rien à distribuer.

Cruellement frappée par la perte de son fils aîné Clodomir, dans la guerre contre les Burgondes, elle recueillit ses trois jeunes enfants à Tours. Lorsque ses deux autres fils, Clotaire et Childebert, lui demandèrent de leur envoyer les orphelins à Paris pour les élever sur le trône, elle obtempéra sans méfiance, mais elle apprit peu après avec horreur qu'ils avaient été cruellement assassinés par leurs oncles, un seul d'entre eux ayant réussi à se réfugier dans un Monastère. A la même époque, elle perdit aussi sa fille, qui avait été donnée en mariage au cruel et violent roi des Wisigoths Amalaric. Privée dès lors de toute consolation terrestre, Clotilde dédia toute sa vie à la vénération de Saint Martin. Lorsque ses deux fils entrèrent en guerre, en 534, elle se précipita sur la tombe du Saint pour implorer son intercession, et une tempête vint miraculeusement séparer les deux armées, incitant les deux frères à se réconcilier.

Sentant sa fin prochaine, Saint Clotilde convoqua auprès d'elle Clotaire et Childebert, et elle les exhorta à mener une vie conforme à la charité chrétienne, puis, leur ayant prédit des événements à venir, elle remit en paix son âme à Dieu, le 3 juin 545, en confessant la Sainte Trinité.

Modèle des veuves et des souveraines chrétiennes, Sainte Clotilde a été vénérée comme la fondatrice et la protectrice de la monarchie française. D'après une légende, sur la révélation d'un Ange, elle arma Clovis pour le combat d'un écu orné de trois fleurs de lys -symbole de la Sainte Trinité- qui devinrent l'emblème des rois de France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sainte Clothilde; 3 - 16 juin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sainte Alice
» Prières pour les âmes du purgatoire en ce mois de Décembre
» Fermeture du Lycée Professionnel de Sainte-Menehould en juin 2015
» 15 juin Sainte Germaine de Pibrac
» 15 juin Sainte Germaine de Pibrac

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ORTHODOXIE LIBRE :: L'orthodoxie de toujours :: Les Saints-
Sauter vers: