ORTHODOXIE LIBRE

Ce forum se veut un lieu de discussion sur l'orthodoxie spirituellement libre, à savoir celle qui demeure fidèle à la Tradition et aux dogmes.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Saint Andronique de Perm; 7 - 20 juin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe Crévieaux



Nombre de messages : 404
Age : 52
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 08/06/2006

MessageSujet: Saint Andronique de Perm; 7 - 20 juin   Sam 20 Juin - 16:02

SAINT NOUVEAU MARTYR ET CONFESSEUR ANDRONIQUE DE PERM
L'Archevêque de Perm Andronik, qui avait été Missionnaire au Japon, fut enterré vivant. Sur son martyre, voici ce que le Père Touroukhansky nous dit :

"Comme j’étais aumônier d’un régiment de l’armée sibérienne, j’eus l’occasion de parcourir assez longtemps les villes et les villages du diocèse de Perm, libérés à ce moment là des bolcheviks et dont l’Archevêque avait été Monseigneur Andronik.

" Comme c’est lui qui m’avait autrefois ordonné prêtre, je m’efforçais de recueillir quelques renseignements concernant sa mort, sur laquelle couraient les bruits les plus divers. On disait surtout, dans l’Oural, qu’il aurait été enterré vivant, après avoir été conduit par la ville, les joues coupées et les yeux arrachés. »

"Je finis par tomber entre les mains des bolcheviks et l’on m’enferma dans la prison de Tobolsk.

Parmi les détenus se trouvaient deux anciens tchékistes qui avaient travaillé pour la Tcheka de Perm. Ils me dirent que l’archevêque avait été fusillé, sur la demande des ouvriers d’un faubourg de la ville, et enterré au bord de la route menant à la banlieue ouvrière. »

Vrai ou faux, on ne sait, car les tchékistes cherchaient souvent à présenter leurs actes passés sous un jour plus favorable ou bien ils les grossissaient par bravade. Il était possible d’entendre ce type de récits, par exemple celui d’un ancien communiste qui fut chef de la police rouge de Tobolsk. Cet homme, un juif baptisé, devint plus tard prêtre orthodoxe. Les communistes ne lui ne lui pardonnèrent pas sa "trahison" et le fusillèrent.

Lors du décret bolchevik séparant l’Eglise et l’Etat, Monseigneur Andronik avait émis de sévères critiques. Après la lecture, dans la cathédrale de Perm, de la déclaration faite à ce sujet par le Concile local de Moscou, l’Archevêque ordonna à l’Archidiacre de prononcer un anathème contre les bolcheviks. Le résultat fut immédiat. Monseigneur Andronic et son évêque-vicaire Théophane, furent arrêtés sur place. L’Archevêque Andronic fut mis à mort et son vicaire noyé dans la Kama.

Quand le Concile de Moscou apprit le martyre des deux Evêques, il envoya à Perm une commission d’enquête dirigée par l’Archevêque de Tchernigov, Monseigneur Vassili.

Le gouvernement soviétique qui, à l’époque entretenait encore quelques maigres rapports avec le Concile, donna son accord et fournit même à la commission, un wagon spécial. Les recherches de la commission soulevèrent à Perm une vraie fureur parmi les communistes, et surtout parmi ceux qui étaient coupables de ces crimes. Ils prient donc des mesures pour empêcher les résultats de l’enquête d’arriver à Moscou. Lorsque la commission eut achevé ses travaux et que ses membres reprirent le chemin de Moscou, des soldats rouges, entre Perm et Viatka, firent l’assaut du wagon réservé dont ils tuèrent tous les occupants ; après quoi, ils jetèrent leurs cadavres sur la voie.

Les corps de l’Archevêque Vassili et de ses compagnons furent enterrés par des paysans au noble cœur. Des pèlerinages commencèrent bientôt sur les tombes des Martyrs. Voyant cela, les bolcheviks déterrèrent ces restes et les brûlèrent.

En août 1928, les journaux de Kharbine se mirent à parler chaque jour de la maladie énigmatique d’un certain Lachkévitch, "camarade-président" des chemins de fer "Chine-Orient", qui venait d’être amputé d’une jambe, sans qu’une seule goutte de sang n’ait coulé. La gangrène avait déjà commencé et la pourriture gagnait son ventre et ses jambes.

Les docteurs, qui ne quittaient pas Lachkévitch, racontèrent au Métropolite de Kharbine, Monseigneur Méthode, que le malade bougeait sans arrêt dans son lit, surtout après le coucher du soleil, en criant frénétiquement :

"Pourquoi te tiens-tu ici, Andronik! Qu’est-ce que tu veux? Ce n’est pas moi qui t’ai enterré! On m’avait ordonné de le faire!

"Ne me serre pas ! Ne m’écrase pas ! Vois-tu, je ne suis pas coupable!…"

Puis, il recommença à crier :

"Andronik! Le sang! Perm!… Il ne faut pas! Va-t-en, ne me torture pas!"

Les infirmières, elles aussi, dirent que Lachkévitch qui mourait dans de terribles souffrances, se rappelait tout le temps un archevêque auquel il demandait pardon.

Lachkévitch, artisan tailleur, avait fait carrière dans la révolution. Il fut même, à un moment, commissaire principal de la police politique d’Irkoutsk et de sa région.

Ces faits, recueillis par le Métropolite Kharbine, furent publiés en 1933, dans un journal de la ville, après la mort des médecins qui avaient soigné le malade.

L’Icône ici représentée montre aussi l’Evêque de Tobolsk Hermogène, qui remit son âme au Seigneur lors de son martyre durant lequel on le noya en lui attachant une lourde pierre au cou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Saint Andronique de Perm; 7 - 20 juin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fête de saint Antoine de Padoue (13 juin)
» 10 juin : Fête du Saint-Sacrement
» Evangile du 29 Juin.Fête de St Pierre et St Paul.
» Saints du 24 juin
» perle du Saint curé d'Ars 19 Juin année 2009 Sacerdotale des Prêtres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ORTHODOXIE LIBRE :: L'orthodoxie de toujours :: Les Saints-
Sauter vers: