ORTHODOXIE LIBRE

Ce forum se veut un lieu de discussion sur l'orthodoxie spirituellement libre, à savoir celle qui demeure fidèle à la Tradition et aux dogmes.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sainte Syre de Troyes; 8 - 21 juin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe Crévieaux



Nombre de messages : 404
Age : 52
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 08/06/2006

MessageSujet: Sainte Syre de Troyes; 8 - 21 juin   Dim 21 Juin - 15:14

SAINTE SYRE (SYRIA) DE TROYES, VIERGE (+7°.S.)
Sainte Syre est la soeur de Saint Fiacre, l'ayant suivit d'Irlande jusqu'en France. Elle se plaça sous la protection de Saint Faro, Evêque de Meaux, qui lui confia à son tour sa soeur, Sainte Burgudofara, Abbesse de Brie.

Comme recluse sous la direction de Fare, Syre devint un modèle d'humilité, de charité et de dévotion.

ou

SAINTE SYRE, VIERGE, BENEDICTINE AU MONASTERE DE JOUARRE (+ 640)
Sainte Syre, de la maison royale d'Ecosse, était fille d'Eugène IV et soeur de Saint Fiacre. Elle se nourrit de la piété chrétienne en même temps que du lait de sa mère. Résolue de n'avoir jamais d'autre époux que Jésus Christ, elle avait conçu pour lui un ardent amour, tellement qu'elle passait des heures entières agenouillée par terre, dans le ravissement de son âme et dans l'adoration du céleste Epoux.

Son père eut grand soin de la faire élever dans la vertu et la piété chrétienne. A cet effet, il choisit, pour l'instruire, un prélat qui, à la science, joignait la prudence, la sagesse et la piété. C'était Saint Conon, Evêque de Lodore. Elle fut demandée en mariage par un grand nombre de prétendants illustres; mais, pour mieux résister à leurs poursuite, elle demanda et obtint du Ciel la grâce de devenir aveugle. Puis, avertie secrètement d'En Haut qu'elle recouvrerait la vue en France, et d'ailleurs envieuse de suivre son frère dans les voies de la perfection chrétienne, elle format le dessein de l'aller trouver en sa solitude, et, avec l'aide de son bon ange, elle vint à bout d'exécuter son projet. Elle passa donc en France avec quelques compagnes, et le pieux solitaire accueillit avec joie sa soeur et ses suivantes, les exhorta puissamment à la pratique des vertus et surtout à la garde de la sainte virginité. Pour les préserver des dangers et les faire instruire dans les voies religieuses, il les envoya vers Sainte Fare, soeur de l'Evêque de Meaux, qui était Abbesse de Brige, autrement de Jouarre. Ce fut sous sa conduite qu'elle se donna à la vie monastique.

Saint Fiacre ayant eu aussi la révélation que sa soeur recouvrerait la vue par les mérites de Saint Savinien, Martyr de Troyes, la tira de ce monastère dans la suite et l'envoya à Troyes, à la découverte du tombeau alors inconnu, par suite du tumulte et des calamités des invasions barbares, du Martyr qui devait la sauver. Elle eut le bonheur de le découvrir, par une inspiration d'eu haut; elle s'y prosterna en prière et y répandit toute son âme; elle ne voulut se relever qu'après avoir recouvré la vue, qu'elle avait demandée si souvent à Dieu avec d'abondantes larmes. Sa prière ne tarda pas à être exaucée. Pour en témoigner sa vive reconnaissance au Ciel et au Saint Martyr, et la rendre en quelque sorte perpétuelle et vivante, elle forma la résolution du fixer en ce lieu sa demeure. Elle s'y fit bâtir une cellule et une chapelle, où elle passait les jours et les nuits en prières, pénitences et toutes sortes de bonnes oeuvres, en compagnie de quelques-unes des Vierges qui étaient venues d'Ecosse avec elle.

C'est de ce lieu qu'elle venait de temps en temps à Châlons et qu'elle se retirait chez les pieuses vierges de la communauté de Sainte-Pome. Comme elle les rassasiait de la doctrine céleste dont elle était remplie! Elle embrasait les coeurs du feu de l'amour divin par ces belles paroles qu'elle répétait si souvent et qui mériteraient d'être écrites en lettres d'or : "Ah! que la terre me paraît vile, méprisable, infecte, quand je regarde le Ciel! Vanité des vanités, tout n'est que vanité, excepté servir Dieu et l'aimer uniquement."

La bruit de sa sainteté se répandit bientôt et jeta un vif éclat dans toute la contrée environnantes. On vint donc la supplier de quitter sa chère cellule pour aller en un monastère de filles, fort déchu de son ancienne régularité, pour y faire renaître la ferveur. Elle eut beaucoup de peine à s'y rendre, s'estimant une trop misérable créature pour opérer une telle merveille, pour réformer des Moniales, elle qui ne l'était pas et qui ne connaissait rien aux voies de la spiritualité. Voyant cependant qu'il y allait de la gloire de Dieu et du salut des âmes, elle s'y rendit, y travailla soigneusement et réussit enfin au-delà de son attente et de celle de tout le monde.

Après avoir remis en ordre ce monastère, elle revint s'ensevelir dans sa petite cellule, au tombeau de son bienfaiteur, où elle acheva sa vie dans l'exercice des parfaites et solides vertus. Le Seigneur, voulant la récompenser de ses travaux et de sa piété, la retira de ce monde le 8 juin de l'an 610. Elle fut inhumée dans la chapelle qu'elle avait fait construire sur le tombeau de Saint Savinien, et son corps déposé dans un cercueil en pierre, que l'on voyait encore dans sa chapelle au dix-septième siècle. Dieu illustra son tombeau par un grand nombre de miracles qui s'y sont opérés.

Longtemps après sa naissance au Ciel, ses restes furent déposés dans une châsse d'airain, ornée de ciselures d'argent et de plusieurs petites images. Une partie de ses Reliques a été transférée à Troyes; l'autre est restée au lieu même de sa naissance céleste, où fut bâtie une petite église fréquentée par une foule de pèlerins.

Le 27 mars 1794, la châsse de Sainte Syre fut jetée dans les flammes; mais Dieu préserva les ossements de Sa servante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sainte Syre de Troyes; 8 - 21 juin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 15 juin Sainte Germaine de Pibrac
» 15 juin Sainte Germaine de Pibrac
» Prophétie de Saint Anne Marie Taïgi
» 13 juin fête de Saint Antoine de Padoue
» 9 juin - Marie Mère de Grâce

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ORTHODOXIE LIBRE :: L'orthodoxie de toujours :: Les Saints-
Sauter vers: