ORTHODOXIE LIBRE

Ce forum se veut un lieu de discussion sur l'orthodoxie spirituellement libre, à savoir celle qui demeure fidèle à la Tradition et aux dogmes.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Question à propos de Boulgakov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olivier.sbd



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: Question à propos de Boulgakov   Mer 12 Mar - 17:38

J'aimerais quelques éclaircissement, si possible, à propos d'une lecture de Boulgakov. Je viens de commencer son livre intitulé Orthodoxie, aux éd. de l'Âge d'Homme, et j'ai été un peu surpris de cette affirmation : "L'amour de Dieu, celui du Père pour le Fils et du Fils pour le Père, n'est point un attribut ni même une simple relation : il possède lui-même l'être personnel, il est hypostasique. (...) Ainsi qu'il (le Christ) le dit : "Moi et le Père nous sommes un", leur unité hypostasique est l'Esprit qui descend sur lui, qui réside en lui et qui l'oint". Je me suis interrogé, peut-être à tort, sur l'orthodoxie de cette affirmation. Cela me rappelle une affirmation catholique de l'Esprit comme l'unité (et l'amour) entre le Père et le Fils. Cela ne me semble pas correspondre à ce que dit Lossky dans son Essai sur la théologie mystique. Est-ce que je me trompe ? Comment pourrais-je approfondir ce sujet (quelles lectures pourriez-vous me conseiller en priorité) ? Quelle confiance puis-je accorder à Boulgakov ? Je vous remercie d'avance pour votre aide et toute réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Serge
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 270
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Re: Question à propos de Boulgakov   Ven 14 Mar - 14:40

Bonjour Olivier,

Il m'est difficile de commenter un livre que je n'ai guère lu en entier. Mais à lire l'extrait que vous citez, je ne peux m'empêcher de tiquer et j'éprouve la même sensation que vous... L'Esprit, lien d'amour entre le Fils et le Père, cela sonne vraiment catholique (ou peut-être augustinien?)

Concernant Boulgakov, sans l'avoir lu, je ne le conseillerais guère pour une simple raison. Sa doctrine sur la Sophia - à laquelle je ne me suis guère intéressé- a été condamnée par l'Eglise Orthodoxe Russe hors Frontière et par le Patriarcat de Moscou... Quel sujet souhaitez-vous approfondir exactement.

S'il s'agit de théologie dogmatique, je ne peux que vous conseillez, en français, les 5 tomes de "Philosophie orthodoxe de la Vérité" du Père Jsutin Popovitch, parus à l'Âge d'Homme et traduits par le regretté Jean-Louis Palierne. La question de la Trinité et donc du Saint Esprit est évoquée dans le premier tome. A tout hasard, je sais que Saint Basile le Grand a écrit un livre "Du Saint Esprit" également intitulée "Traité sur le Saint Esprit".

A titre d'indication, le site http://jesusmarie.free.fr/ vous permet de télécharger maints Pères de l'Eglise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orthodoxie-libre.actifforum.com
Olivier.sbd



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: remerciements   Mer 19 Mar - 17:50

Merci pour ces conseils. Je fais effectivement abandonner la lecture de Boulgakov au profit de celle du Père Popovitch, qui me semble plus adaptée à l'enseignement que je cherche et que j'aurais dû commencer à lire en premier. Merci :o)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe Crévieaux



Nombre de messages : 404
Age : 52
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 08/06/2006

MessageSujet: Re: Question à propos de Boulgakov   Jeu 26 Juin - 20:14

Témoignage de la Foi Orthodoxe de l' Archevêque de Thessalonique St. Grégoire Palamas Présenté à la fin du IIIe Concile Local de Constantinople en 1351 à propos du sujet de l' Hésychasme (quiétude)

Nous croyons et nous vénérons un seul Dieu qui existe avant tout, sur tout et en tout et au-dessus de tout. Ce Dieu est le Père, le Fils et le Saint Esprit. C'est un Dieu mais en trois hypostases (hypostase: existence divine en état spirituel) et ces trois hypostases sont unies entre elles sans se confondre l'une à l'autre en une Monade véritable. Elles se distinguent mais elles ne se partagent pas. Il s'agit d'un Dieu en Monade et en même temps Trinité toute puissante.

Note : Dans l'Ancien Testament il y a certains passages, où la Sainte Trinité est sous-entendue, notamment au XVIIIe chapitre de la Genèse :
« 1 Yahweh lui apparut aux chênes de Mambré, comme il était assis à l'entrée de la tente pendant la chaleur du jour, il leva les yeux et il regarda, 2 et voici que trois hommes se tenaient debout devant lui. Dès qu'il les vit, il courut de l'entrée de la tente au-devant d'eux et, s'étant prosterné en terre, il dit: 3 " Seigneur, si j'ai trouvé grâce à tes yeux, ne passe pas, je te prie, loin de ton serviteur. 4 Permettez qu'on apporte un peu d'eau pour vous laver les pieds. 5 Reposez-vous sous cet arbre; je vais prendre un morceau de pain, vous fortifierez votre cœur et vous continuerez votre chemin; car c'est pour cela que vous avez passé devant votre serviteur." Ils répondirent: "Fais comme tu l'as dit."
6 Abraham s'empressa de revenir dans la tente vers Sara, et il dit: " Vite, trois mesures de farine; pétris et fais des gâteaux. " 7 Puis Abraham courut au troupeau et, ayant pris un veau tendre et bon, il le donna au serviteur qui se hâta de l'apprêter. 8 Il prit aussi du beurre et: du lait, avec le veau qu'on avait apprêté, et il les mit devant eux; lui se tenait debout près d'eux sous l'arbre. Et ils mangèrent.9 Alors ils lui dirent: " Où est Sara, ta femme? " Il répondit: " Elle est là; dans la tente. " 10 Et il dit: " je reviendrai chez toi à cette époque même, et voici, Sara, ta femme, aura un fils. " Sara entendait ces paroles à l'entrée de la tente, derrière lui. 11 Or Abraham et Sara étaient vieux, avancés en jours; 12 Sara était hors d'âge. - Sara rit en elle-même, en se disant: " Vieille comme je suis, connaîtrais-je encore le plaisir? Et mon seigneur aussi est vieux. " 13 Yahweh dit à Abraham: " Pourquoi Sara a-t-elle ri en disant: Est-ce que vraiment j'aurais un enfant, vieille comme je suis? 14 Y a-t-il rien qui soit étonnant de la part de Yahweh? Au temps fixé, je reviendrai vers toi, à cette même saison, et Sara aura un fils. " 15 Sara nia, en disant " je n'ai pas ri "; car elle eut peur. Mais il lui dit: " Non, tu as ri. " ».

Dans le Nouveau Testament, l'apparition de la Sainte Trinité est très claire au Baptême de Jésus-Christ :
Matthieu III :13-17 : «13 Alors parut Jésus, venant de Galilée au Jourdain vers Jean, pour être baptisé par lui. 14 Jean s'en défendait en disant: " C'est moi qui ai besoin d'être baptisé par vous, et vous venez à moi! " 15 Jésus lui répondit: " Laisse faire maintenant, car il convient que nous accomplissions ainsi toute justice. " Alors Jean le laissa faire. 16 Jésus ayant été baptisé sortit aussitôt de l'eau, et voilà que les cieux s'ouvrirent pour lui, et il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. 17 Et voilà que ces cieux une voix disait: " Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis mes complaisances. " »,
Marc I : 9-11 : « 9 Or, il arriva en ces jours-là que Jésus vint de Nazareth de Galilée et se fit baptiser par Jean dans le Jourdain. 10 Et, comme il remontait de l'eau, il vit les cieux entr'ouverts et l'Esprit qui descendait sur lui, comme une colombe. 11 Et il y eut une voix des cieux : " Tu es mon Fils bien-aimé, en toi j'ai mis mes complaisances. " »,
Luc III : 21-22 : « 21 Or, quand tout le peuple eut reçu le baptême, et que Jésus qui avait été baptisé priait, le ciel s'ouvrit, 22 et L'Esprit-Saint descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe, et du ciel il y eut une voix: " Tu es mon Fils bien-aimé: en toi j'ai mes complaisances. " ».

Mais il y a aussi beaucoup d'autres passages parmi lesquels le commandement très clair de Jésus-Christ aux Apôtres après Sa Résurrection :
Matthieu XXVIII : 18-19 : « "Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit et en leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit, et voici que je suis avec vous toujours jus- qu' à la fin du monde". »

Le Père est sans commencement et non seulement Il se trouve en dehors du temps mais Il est aussi sans cause. (C'est à dire que Son existence n'a aucune causalité). Cependant, c'est Lui la cause, la racine et la source de la Divinité du Fils et du Saint Esprit et Lui seul la cause préliminaire de toutes les créations. Il n'est pas le seul créateur, mais seul Père d' un Fils et la seule source de la procession d' un seul Saint-Esprit. Il existe de toute éternité et Il est Père de toute éternité et seul Père de toute éternité et source de la procession du Saint Esprit. Il est supérieur au Fils et au Saint-Esprit seulement en tant que cela concerne la cause de leur existence mais toutes Ses autres propriétés sont les mêmes dans le Fils et dans le Saint-Esprit. C'est-à-dire c'est le même honneur que nous adressons au Père, au Fils et au Saint-Esprit.

Dieu le Père a un Fils sans commencement de temps mais le Fils a un commencement puisqu'Il a comme commencement, racine et source le Père duquel Il est engendré exclusivement de toute éternité, né sans corps, pas d' une façon biologique, mais impassible, sans se diviser, puisque le Fils est Dieu engendré de Dieu le Père. Cependant, Il ne diffère pas du Père puisqu'Il est Dieu. Sa seule différence consiste en ce qu'Il est Fils. Comme Fils, Il existe continuellement à travers les siècles et Il est Fils continuellement et l'unique Fils et Il est continuellement uni à Dieu le Père mais sans se confondre avec Lui (sans être absorbé par Lui).

Le Fils n'est pas la cause et le commencement de la divine Trinité puisque la cause de Son existence est le Père. Cependant, le Fils est cause et commencement de toutes les créations :
Saint Jean I : 1-3 : « 1 Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu. 2Il était au commencement en Dieu.3 Tout par lui a été fait, et sans lui n'a été fait rien de ce qui existe. »,
puisque par Lui "tout fut créé". Ainsi donc, tandis que le Fils existait de toute éternité en la beauté totale de la divinité,
Phil II : 5-7 : « 5 Ayez en vous les mêmes sentiments dont était animé le Christ Jésus: 6 bien qu'il fût dans la condition de Dieu, il n'a pas retenu avidement son égalité avec Dieu; 7 mais il s'est anéanti lui-même, en prenant la condition d'esclave, en se rendant semblable aux hommes, et reconnu pour homme par tout ce qui a paru de lui; »,
mais quand le moment historique est venu :
Gal. IV : 4-5 : « 4 Mais lorsque est venue la plénitude des temps, Dieu a envoyé son Fils, formé d'une femme, né sous la Loi, 5 pour affranchir ceux qui sont sous la Loi, afin de nous conférer l'adoption. »,
Il reçut notre forme humaine en cachant Sa nature divine et ayant demeuré dans le sein de la Vierge-Marie, étant né selon la loi naturelle et ayant en même temps les deux natures: humaine et divine par la complaisance de Dieu le Père et par la collaboration de Dieu le Saint-Esprit, en étant devenu un homme complet, Il est devenu le même que nous, sans le péché, étant resté cependant ce qu' Il était, c' est à dire vrai Dieu. Mais Il a uni Ses deux natures (divine et humaine) sans les changer, ainsi que Ses deux volontés et Ses deux énergies et Il est resté le Fils de Dieu en une seule hypostase, même après Son incarnation, en effectuant les actions divines toujours comme Dieu (p.ex. les miracles et Sa Transfiguration sur le Mont Thabor) et les actions humaines comme homme en subissant les souffrances humaines (comme la fatigue, la faim, la soif, la mort, la douleur). En restant impassible et éternel en tant que Dieu, Il subit par Sa libre volonté la Passion dans Son corps. Et après Sa crucifixion, Sa mort et Son ensevelissement, Il est ressuscité le troisième jour. Après Sa résurrection, Il apparut à Ses disciples, Il leur promit la puissance qu'ils allaient recevoir du Ciel et Il leur donna le commandement d'enseigner l'Evangile à toutes les nations et de les baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit et de garder et d'enseigner Ses commandements. Ensuite, Il est monté aux Cieux et Il s'est assis à la droite de Dieu le Père, ayant ainsi rendu notre corps humain (qu'Il reçut à Son incarnation) également honoré et divinisé et s’assit sur le même trône que Dieu le Père. Et avec ce corps, Il va revenir glorifié pour juger ceux qui seront alors vivants et qui seront passés à l'incorruptibilité "en un clin d'oeil" :
ICor XV : 51-52 : « 51 Voici un mystère que je vous révèle: Nous ne nous endormirons pas tous, mais tous nous serons changés, 52 en un instant, en un clin d’œil, au son de la dernière trompette, car la trompette retentira et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. »
et les morts (de tous les temps) en rendant justice à chacun selon ses oeuvres.

Ainsi donc, après être monté vers Son Père (aux Cieux) Il a envoyé à Ses Saints Disciples et Apôtres le Saint-Esprit qui procède de Dieu (le Père). Le Saint-Esprit, comme le Père et le Fils, n'a pas de commencement. Il existe de toute éternité. Il a comme commencement, racine, source et cause le Père seul, pas par une naissance, mais par la procession. Car le Saint-Esprit aussi procède du Père de toute éternité d' une façon impassible (sans fluidité) sans se détacher du Père et du Fils puisqu' Il provient du Père et repose sur le Fils, étant uni au Père et au Fils sans se confondre avec Eux, ni se séparer d' Eux, et sans se partager. Le Saint-Esprit est Dieu puisqu' Il provient de Dieu le Père mais Il ne diffère pas de Dieu le Père puisque le Saint-Esprit est aussi Dieu. Il diffère seulement du fait qu' Il est "Paraclet" (celui qui console), qui a Sa propre hypostase, qui, cependant, procède du Père et est envoyé par le Fils. C'est à dire que le Saint Esprit est aussi cause de toutes les créations en ce qu'elles sont perfectionnées par Lui. Il reçoit le même honneur que le Père et le Fils sans qu' Il provienne ni par naissance ni par non-naissance.

Il fut envoyé par le Fils (le Christ) à Ses disciples. C'est à dire qu’Il est apparu. Car de quelle autre façon le Saint-Esprit qui ne se sépare pas de Lui le Fils serait envoyé par Lui le Fils?

Et comment le Saint-Esprit sera-t Il venu à moi puisqu'Il existe partout? Car Il n'est pas envoyé par le Fils uniquement mais aussi par le Père à travers le Fils. Il vient pourtant et paraît aussi de Lui-même, parce-que Son envoi, c'est à dire l'apparition de l'Esprit, est une oeuvre commune de la Sainte-Trinité. Cependant, Il n'apparaît pas par Son essence divine, parce que personne n’a jamais vu ou révélé la nature de Dieu mais seulement par la grâce, la puissance de l' énergie de Dieu qui est commune au Père, au Fils et à l' Esprit. Ce qui diffère à chacun d'Eux, c'est Leur hypostase respective et tout ce qui se rapporte à cette hypostase.

Et ils ont en commun non seulement l'essence divine, qui n'a pas de nom, qui ne se révèle pas et à laquelle personne ne peut jamais participer, puisqu' elle est au-dessus de tout nom, forme et participation, mais Ils ont aussi en commun la grâce, la puissance et l' énergie, la splendeur, le règne et l' incorruptibilité et tout ce à l' aide de quoi Dieu se met en communion seulement par la Grâce avec les Saints Anges et les hommes sans perdre la différence et la distinction de

(suite dans post suisvant)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe Crévieaux



Nombre de messages : 404
Age : 52
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 08/06/2006

MessageSujet: Re: Question à propos de Boulgakov   Jeu 26 Juin - 20:15

Ses trois hypostases et sans perdre la simplicité à cause de la division et de la diversité de Ses puissances et de Ses énergies.

Ainsi pour nous Il y a un Dieu d'une seule nature divine car on ne pourrait jamais avoir une synthèse, qui se compose de plusieurs hypostases parfaites, et on ne pourrait jamais non plus, en vérité, appeler complexe une existence qui peut agir par sa propre puissance, ou ses propres puissances. (Note : 100% de Dieu le Père + 100% de Dieu le Fils + 100% de Dieu le Saint Esprit = 100% de Dieu et non 300%)

Après tout ce que nous avons expliqué, nous vénérons d' une façon retenue l'icône peinte du Fils de Dieu qui s'est incarné pour nous mais en rapportant cette vénération relativement à l'original, c'est-à-dire à Lui-même. De la même façon nous vénérons le Saint Bois de la Croix et tous les symboles de Sa Passion comme des trophées de la Victoire de Jésus-Christ sur la Croix contre l'ennemi commun de notre genre humain, c'est-à-dire Satan. Le signe de la Croix aussi est salutaire.

Nous honorons aussi les églises, les lieux de Pèlerinage et la vaisselle liturgique et les paroles données par Dieu (la Sainte Bible) à cause de Dieu qui habite en eux.

Nous vénérons aussi les icônes de tous les Saints à cause de l' amour que nous avons envers eux et à cause de Dieu qu'ils ont aimé et servi. Mais pendant cette vénération, notre pensée va aux Saints que ces icônes représentent.

Nous vénérons aussi les reliques des Saints parce-que la Grâce n'est pas enlevée de ces ossements sacrés, comme pareillement la divinité n'était pas enlevée du corps de Jésus-Christ pendant les trois jours qu'Il était au tombeau.

Nous ne connaissons aucun mal ayant une hypostase essentielle. Et nous ne connaissons d'autre commencement du mal que la déviation des êtres logiques, qui ont fait usage de la liberté que Dieu leur a donnée (de leur libre arbitre) d'une façon non convenable.

Nous acceptons toutes les traditions ecclésiastiques (écrites et orales) mais surtout la toute sainte célébration d'un caractère sacramentel exceptionnel qui nous rassemble dans une assemblée (le Sacrement de la Sainte-Eucharistie) à laquelle les autres célébrations sacramentelles doivent leur accomplissement. Par cette sainte célébration, nous nous souvenons de Lui qui s'est dépouillé mais pas complètement (c' est-à-dire dans Son incarnation la nature divine est restée en Lui mais sans se confondre avec la nature humaine), Lui qui s' est incarné et a souffert le supplice de la croix (comme homme parfait sans péché) pour nous (pour nous libérer de la mort éternelle, par Son obéissance complète à Son Père céleste).

Pendant cette célébration, que Lui le premier a réalisée et qui continue à se réaliser en suivant Son commandement divin, par le prêtre, mais en même temps par Dieu (par la descente du Saint Esprit au moment de la consécration des saints dons: le pain et le vin), le Sacrement donc du changement de nature du pain et du vin en corps et en sang vivifiants du Christ ressuscité et monté aux Cieux incorruptible. A l'aide de ce Sacrement Dieu accorde à ceux qui s'en approchent, ayant l'âme pure, la participation et la communion sacramentelle avec Lui (à l'aide des énergies incréées de la Sainte Trinité).

Et ceux qui ne confessent pas ou qui ne croient pas tout ce que le Saint-Esprit a prédit à travers les Prophètes (de l' Ancien Testament), tout ce que le Seigneur a institué pendant Son existence humaine sur la terre, tout ce que les Apôtres ont proclamé après avoir été envoyés par Lui, tout ce que les Pères de l' Eglise, successeurs des Apôtres, nous ont enseigné, mais qui, malgré toute cette Sainte tradition, cherchent à proclamer l'hérésie comme ceux qui suivent ceux qui l’ont créée, nous les éloignons de l'Eglise et nous les anathématisons.

Nous acceptons encore les Saints Conciles Oecuméniques (avant le Schisme):

Le Ier Concile Oecuménique à Nicée de Bithynie (Nord-Ouest de l' Asie-Mineure) (en 325 ap J.C.) auquel ont pris part 318 Saints Pères, contre l'ennemi de Dieu, Arius, qui a diminué le Fils de Dieu avec impiété en disant qu' Il est créature de Dieu, en mettant ainsi en pièces la Divinité vénérée: le Père, le Fils et le Saint-Esprit en disant que la Sainte Trinité se compose d'aspects créés et incréés.

Le IIe Concile Oecuménique à Constantinople (en 381 ap. J.C.), auquel ont pris part 150 Saints Pères, contre Macédonius (Patriarche de Constantinople) qui, en exprimant une grande impiété, avait diminué le Saint-Esprit en disant qu' Il est aussi une création de Dieu (le Père), et en mettant en pièces, lui aussi, l' Unique Divinité, en aspects créés et incréés.

Le IIIe Concile Oecuménique d' Ephèse (Asie-Mineure) (en 431 ap. J.C.) auquel ont pris part 200 Saints Pères contre Nestorius (Patriarche de Constantinople), qui transgressait l' union des deux natures de Jésus-Christ (humaine et divine) en une hypostase et ne voulait en aucune façon nommer la Vierge Marie "Mère de Dieu" (Théotokos), celle qui a enfanté réellement Dieu (le Fils de Dieu: la deuxième personne de la Sainte Trinité).

Le IVe Concile Oecuménique, à Chalcédoine (Nord de l' Asie Mineure) (en 451 ap. J.C.), auquel ont pris part 630 Saints Pères, contre Eutychès et Dioscure (d'Alexandrie) qui dogmatisaient faussement disant que le Christ a seulement une nature (c'est à dire qu'en Lui prédomine la nature divine).

Le Ve Concile Oecuménique, à Constantinople (en 553 ap. J.C.) auquel ont pris part 165 Saints Pères contre Théodore (de Mompsueste) et Diodore qui croyaient la même chose que Nestorius et qui, par leurs ouvrages théologiques recommandaient ses idées et aussi contre Origène et Didyme et aussi contre un certain Evagre qui appartenaient pourtant à l'Ancienne Eglise mais qui avaient essayé d'introduire dans l'Eglise quelques innovations mythologiques.

Le VIe Concile Oecuménique, à Constantinople (en 680 ap. J.C.) auquel ont participé 170 Saints-Pères, contre Serge, Pyrrhus et Paul, qui avaient commencé à transgresser les deux énergies et les deux volontés correspondantes aux deux natures du Christ (divine et humaine).
Le VIIe Concile Œcuménique, de nouveau à Nicée (en 787 ap. J.C.), auquel ont pris part 367 Saints Pères contre les Iconoclastes (ceux qui reniaient la tradition de l' Eglise concernant l' introduction des icônes dans le culte).

Nous respectons aussi tous les Conciles Locaux, qui se sont réunis par la Grâce de Dieu pour confirmer la piété (la vérité de la Foi) et la pratique des commandements de l' Evangile, parmi lesquels existent aussi les trois Conciles qui se sont constitués dans cette grande ville (Constantinople), dans cette église renommée de la Sagesse de Dieu (Sainte Sophie) contre Barlaam de Calabre et d' Akindynos qui était avec lui et qui croyait la même chose que lui et qui se hâtait, en se servant de fraude, d' accomplir son oeuvre.

Ceux-là donc dogmatisent que la Grâce, qui est commune au Père, au Fils et au Saint Esprit, est créée ainsi que la Lumière du siècle futur (c'est-à-dire du Règne de Dieu) -par qui "les justes brilleront comme le soleil", comme d'ailleurs le Christ l'a prouvé d'avance, quand Il a resplendi sur le Mont Thabor pendant Sa Transfiguration :
Matthieu XVII : 1-9 : « 1 Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmène à l'écart sur une haute montagne 2 Et il se transfigura devant eux: son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. 3 Et voilà que Moïse et Elie leur apparurent, conversant avec lui. 4 Prenant la parole, Pierre dit à Jésus: " Seigneur, il nous est bon d'être ici; si vous le voulez, je ferai ici trois tentes, une pour vous, une pour Moïse et une pour Elie. " 5 Il parlait encore, lorsqu'une nuée lumineuse les couvrit, et voilà que du sein de la nuée une voix dit: " Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis mes complaisances: écoutez-le. " 6 En entendant, les disciples tombèrent la face contre terre et furent saisis d'une grande frayeur. 7 Et Jésus, s'approchant, les toucha et dit: " Levez-vous, ne craignez point. " 8 Levant les yeux, ils ne virent plus que Jésus seul. 9 Comme ils descendaient de la montagne, Jésus leur fit ce commandement: " Ne parlez à personne de cette vision, jusqu'à ce que le Fils de l'homme soit ressuscité des morts. " »
Marc IX : 2-8 : « 2 Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène seuls à l'écart, sur une haute montagne. Et il se transfigura devant eux. 3 Ses vêtements devinrent étincelants, tout blancs, tels qu'aucun foulon sur la terre ne saurait blanchir ainsi. 4 Et Elie leur apparut avec Moïse, conversant avec Jésus. 5 Pierre, prenant la parole, dit à Jésus : " Rabbi, il nous est bon d'être ici; faisons trois tentes, une pour vous, une pour Moïse, et une pour Elie. " 6 Il ne savait en effet quoi dire, l'effroi les ayant saisis. 7 Et il se fit une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée se fit entendre une voix : " Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le. " 8 Aussitôt, regardant tout autour, ils ne virent plus personne que Jésus, seul avec eux. »,
Luc IX : 28-36 : « 28 Il se passa environ huit jours après (qu'il eut dit) ces paroles, et, prenant avec lui Pierre, Jean et Jacques, il monta sur la montagne pour prier. 29 Pendant qu'il priait, l'aspect de son visage devint autre, et son vêtement d'un blanc éblouissant. 30 Et voilà que deux hommes conversaient avec lui: c'étaient Moïse et Elie, 31 qui, apparaissant en gloire, parlaient de sa mort qu'il devait accomplir à Jérusalem. 32 Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil; mais, s'étant réveillés, ils virent sa gloire et les deux hommes qui se tenaient avec lui. 33 Or, comme ils se séparaient de lui, Pierre dit à Jésus: " Maître, il nous est bon d'être ici; faisons trois tentes: une pour vous, une pour Moïse et une pour Elie, " ne sachant pas ce qu'il disait. 34 Comme il disait cela, il se fit une nuée qui les couvrit de son ombre; et ils furent saisis de frayeur tandis qu'ils entraient dans la nuée. 35 Et de la nuée se fit entendre une voix qui disait: " Celui-ci est mon Fils élu: écoutez-le. " 36 Pendant que la voix parlait, Jésus se trouva seul Et ils gardèrent le silence, et ils ne racontèrent rien à personne, en ce temps-là, de ce qu'ils avaient vu. »
1Jean I : 1-3 : «1 Ce qui était dès le commencement ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et ce que nos mains ont touché, du Verbe de vie, 2 - car la Vie a été manifestée, et nous l'avons vue, et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la Vie éternelle, qui était dans la sein du Père et qui nous a été manifestée - 3 ce que nous avons vu et entendu, nous nous l'annonçons, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous, et que notre communion soit avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ. »,
2Pierre I : 16-19 : «16 Ce n'est pas, en effet, sur la foi de fables ingénieusement imaginées que nous vous avons fait connaître la puissance et l'avènement de Notre Seigneur Jésus-Christ, mais en témoins oculaires de sa majesté. 17 En effet, il reçut honneur et gloire de Dieu le Père, lorsque de la gloire magnifique une voix se fit entendre qui disait: " Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j'ai mis toutes mes complaisances. 18 - Et nous, nous entendîmes cette voix venue du ciel, lorsque nous étions avec lui sur la montagne sainte. 19 Et ainsi a été confirmée pour nous l'Ecriture prophétique, a laquelle vous lattes bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu'à ce que le jour vienne à poindre et que l'étoile du matin se lève dans vos cœurs. »

Et ils croient encore que toute puissance et énergie de la Divinité Trinitaire et tout ce qui concerne la nature divine est créé.

Ainsi donc ils mettent en pièces, eux aussi (comme d'autres hérétiques), la Divinité Unique avec impiété en prétendant que certains de Ses aspects sont créés et d' autres incréés.

Et à nous qui, avec piété, croyons que cette lumière ultra-divine est incréée ainsi que chaque puissance et énergie divine, puisque aucune propriété de Dieu ne paraît d' une façon naturelle, à nous donc ils disent que nous croyons en deux Dieux ou en plusieurs comme le disent aussi de nous les Juifs, les Sabelliens et les Ariens. Cependant nous, nous les éloignons des croyants (de ceux qui respectent la vraie Foi) comme s'ils étaient des athées ou des polythéistes, comme la Sainte Eglise du Christ, la véritable Eglise Catholique et Apostolique l'avait fait par le Tome Synodique du Mont Athos. Et nous les supprimons totalement de la communion ecclésiale parce-que nous croyons à une Divinité Trinitaire toute puissante qui ne perd pas du tout Son caractère unificateur et simple en ce qui concerne Ses hypostases et Ses énergies.

En croyant tout cela, nous attendons avec espoir la résurrection des morts et la vie éternelle du siècle futur et infini. Amen.

Traduit du grec ancien, Octobre 2001
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Question à propos de Boulgakov   

Revenir en haut Aller en bas
 
Question à propos de Boulgakov
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» question à propos de Mère Thérèsa
» Petite question à propos de la prise du biberon
» À propos du nom de Moïse
» Deux questions à propos du Bourgeois gentilhomme
» [Help] Question à propos de Corbeaux et Corneilles.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ORTHODOXIE LIBRE :: L'orthodoxie de toujours :: Forum général (théologie, praxis...)-
Sauter vers: